COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

My personal development

À force et à l’usure : les conséquences d’une mauvaise posture



 (Photo: Maison Moderne Studio)

(Photo: Maison Moderne Studio)

Chaque mois «My personal development» donne des conseils de bien-être au travail et dans sa vie de tous les jours. Ce mois-ci: Christophe Rousseau.

Assis devant un écran d’ordinateur ou en position debout 40h par semaine, sans relâche ni étirements, le corps finit par adopter la posture la plus favorable à l’activité exercée. Des positions pénibles aux conséquences irréversibles… Grâce aux conseils de Christophe Rousseau, master trainer, apprenez comment prévenir les douleurs musculo-squelettiques.

L’utilisation intensive de l’ordinateur entraîne de nombreuses pathologies articulaires, reconnues aujourd’hui sous le nom de syndrome de la souris. «Nous ne sommes pas faits pour rester assis à longueur de temps. Cette position affecte petit à petit la structure de notre corps et au bout de quelques années, un mal de cou, d’épaule ou de dos est assuré.»

Pour éviter ces maux, il convient, en premier lieu, de comprendre comment fonctionne le corps. Il existe deux types de groupes musculaires: les muscles profonds qui stabilisent les articulations et les muscles superficiels qui sont responsables du mouvement(les biceps, triceps et pectoraux).«Une des pathologies les plus courantes est la cyphose cervicale, soit un affaissement des épaules vers l’avant. Les muscles antérieurs, le grand dentelé et le grand pectoral, sont contractés alors que le muscle postérieur, le rhomboïde, est continuellement étiré, ce qui l’affaiblit. Cela crée une tension au niveau des cervicales et des épaules.»

Par ailleurs, la position assise conduit à un déséquilibre musculaire entre les fléchisseurs de hanche et le grand fessier. «Cela entraîne une modification de la position du bassin. Étant donné que la colonne repose dessus, chaque partie du dos finit aussi par se modifier, ce qui conduit à de l’hyperlordose, soit un excès de cambrure, puis à des tensions et douleurs musculaires au niveau des lombaires... Quand on s’en rend compte, c’est trop tard!»En sollicitant davantage les muscles superficiels que les muscles profonds, c’est l’ensemble du corps qui finit par se déstructurer.«C’est comme si on construisait une maison en commençant par le toit!»

En fonction de sa morphologie, de son activité professionnelle et sportive, chacun développe des maux qui lui sont propres. C’est pourquoi, avant de recommander certains conseils, il importe que chacun établisse avec un personal trainer une série de tests pour évaluer son profil postural. «C’est gratuit et cela peut vraiment changer les choses. On s’imagine toujours que la course à pied est un sport équilibré, alors que c’est tout l’inverse! La plupart des sports, y compris le fitness, travaillent uniquement les muscles superficiels.»

En définitive, pour prévenir les souffrances articulaires et posturales, il paraît judicieux de consulter un coach spécialisé rapidement.«On va pouvoir éviter que certains maux ne s’installent ou inverser la donne, grâce à un travail de renforcement et d’étirement musculaires. En adoptant la bonne position et la bonne posture, le client peut se débarrasser de douleurs chroniques.»

En attendant de s’y mettre (pour de bon!), chacun pourrait d’ores et déjà suivre ces bons conseils à la lettre: «Pensez à faire une pause au moins toutes les deux heures! Levez-vous, bougez et étirez-vous.» Tout en veillant à une alimentation... équilibrée. «On n’y pense pas toujours, mais c’est tout aussi important que d’entretenir une activité physique. Les deux sont intimement liés!»