COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Publication

Fonds d’investissement: si fort, si fragile



paperjam2_2014_05_01.jpg

(Photo: Maison Moderne Studio)

L’édition de mai de paperJam2, à paraître ce jeudi, consacre son dossier central au secteur des fonds d’investissement. Leader européen en la matière, le Luxembourg doit néanmoins se battre au quotidien – notamment en matière réglementaire et législative – pour préserver son rang.

Entre le Luxembourg et ses fonds d’investissement, l’histoire d’amour dure depuis plus de 25 ans. Depuis que le pays eut le flair, au printemps 1988, d’être le premier à transposer la toute première directive européenne OPCVM.

Avec plus de 2.600 milliards d’euros de patrimoine global (chiffres arrêtés fin février, en hausse annuelle de plus de 8,5%), le secteur affiche une santé presque insolente. Mais derrière la force des chiffres se cache la fragilité d’une situation sans cesse remise en cause par les évolutions législatives et organisationnelles. 

Des chantiers de tous les instants que l’édition de mai de paperJam2 aborde dans son dossier central de plus de 50 pages consacré aux fonds d’investissement. «Notre compétitivité repose sur des bases solides», tient à rassurer Marc Saluzzi, président de l’Association luxembourgeoise des fonds d’investissement (Alfi), en ouverture de ce dossier.

À retrouver également dans paperJam2 les habituels rendez-vous «métiers» dédiés au management, au «business administration», aux ressources humaines, à l’ICT et au marketing-communication, ainsi que les rubriques devenues traditionnelles: Office life, avec une plongée au cœur de CK; le Droit du travail, qui évoque l’indemnisation de chômage ou encore le Droit des entreprises, qui traite de l’activité de domiciliation.