ENTREPRISES & STRATÉGIES
SERVICES & CONSEILS

Transport

Flibco, c’est 1,7 million de passagers par an



3.jpg

Flibco s'est spécialisée dans la desserte des aéroports. (Photo: Flibco)

Le marché du transport par bus est soumis à forte concurrence et se retrouve donc sous pression. En témoigne en France le récent rachat de Ouibus, filiale de la SNCF, par Blablacar. Au Grand-Duché, les particularités de Flibco la mettent à l’abri et lui assurent une croissance continue depuis 12 ans.

Personne ne l’avait vu venir. Et pour cause, selon Les Echos, l’acquisition de la société de transport sur longue distance par bus Ouibus par Blablacar a été menée en mode «opération commando». «Il y a une explosion de l’offre dans ce secteur et une véritable guerre des prix. Mais nous voyons cette acquisition par Blablacar comme une bonne chose. Cela va sans doute contribuer à faire voyager encore plus de gens en bus. Ce qui n’était pas du tout dans les mœurs voici quelques années encore. Il n’existait presque rien comme offre, si ce n’est Eurolines, qui souffrait d’une image vieillotte», confie à Paperjam Paul De Muynck, directeur général Belgique de la société luxembourgeoise Flibco. Spécialisée dans le service de shuttle bus de et vers les aéroports, elle est une émanation du groupe luxembourgeois Sales-Lentz. Et se porte à merveille.

Pas de comparaison

«Flibco a débuté ses activités voici 12 ans, quand Ryanair a commencé les siennes à Francfort-Hahn. Il y avait un besoin en navettes de bus vers cet aéroport, car il n’existait que peu d’infrastructures pour y aller. La ligne a bien fonctionné et d’autres sont nées ensuite», explique Paul De Muynck. Désormais, de nombreux aéroports européens sont desservis par des lignes Flibco: Luxembourg, Charleroi, Porto, Lisbonne, Francfort... Mais aussi Larnaca à Chypre ou encore Tenerife

«Nous sommes spécialisés dans les lignes de desserte des aéroports. C’est vraiment un autre marché que les ‘inter-city’ comme Ouibus ou d’autres, qui assurent des liaisons entre deux villes», commente encore le directeur général. Les profils des clients sont aussi très différents. «En ce qui concerne les ‘inter-city’, on trouve beaucoup de jeunes ou de personnes plus âgées. Souvent une clientèle qui voyageait peu avant, qui est flexible. Si elle peut économiser 20 euros pour un voyage, même si celui-ci dure deux heures de plus, c’est ok. Nos clients, eux, sont par exemple très peu flexibles: leur avion décolle à une heure précise. On ne peut pas vraiment comparer les deux services.»

Seule – ou presque – dans son secteur, «la société Flibco connaît donc une croissance continue depuis 12 ans. Nous avons transporté 1,7 million de voyageurs en 2017.» Ils étaient 1,3 million en 2015. Mais Flibco nourrit de plus grandes ambitions et va faire évoluer son offre pour cela. «Une restructuration est en effet en cours. Nous allons sans aucun doute digitaliser de plus en plus nos produits. C’est notre directeur général Luxembourg qui travaille principalement sur ces dossiers. De nouveaux projets sont aussi en cours de finalisation. Tout cela devrait être dévoilé au début de l’année prochaine».