PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fintech

Technologie bancaire

Finologee obtient le statut de PSF de support



pierre_gramegna_and_raoul_mulheims.jpg

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, octroie l’agrément de PSF de support à Raoul Mulheims, le CEO de Finologee. (Photo: Finologee)

La jeune société luxembourgeoise Finologee vient de recevoir un double agrément de PSF de support. Elle va désormais déployer ses produits pour ses clients.

Raoul Mulheims, Georges Berscheid, Jonathan Prince et Didier Spick, l’équipe fondatrice de Digicash – vendue en août 2017 au belge Payconiq – ont récemment créé la société Finologee, spécialisée en fintech et regtech.

Développée pour exploiter une plate-forme numérique qui simplifie la connectivité entre les institutions financières et des fournisseurs de solutions, elle vient de recevoir un agrément de PSF de support. Finologee sera donc désormais supervisée par la CSSF.

Elle est également la première entreprise à obtenir un double agrément. Celui-ci couvre en effet les activités d’«agent de communication à la clientèle» et d’«opérateur de systèmes informatiques secondaires et de réseaux de communication du secteur financier».

Une étape-clé

Dans un communiqué, la société indique que le statut de PSF de support constitue «une étape-clé dans son évolution et permettra de mettre en œuvre des solutions numériques profitant aux institutions financières».

Au cours des dix-huit derniers mois, Finologee a surtout développé et testé ses solutions. Elle va désormais s’atteler à les déployer pour ses clients. Dans un premier temps, elle mettra en production deux composants-clés sur sa plate-forme.

Deux premiers produits

Le premier est PSD2 for Banks, un système permettant aux banques de répondre aux exigences de la Directive révisée sur les services de paiement (DSP2). Il sera déployé pour vingt-trois établissements financiers. En parallèle, l’application KYC Onboarding, facilitant l’ouverture de nouvelles relations clients, et comprenant des parcours utilisateurs dynamiques basés sur le risque de l’utilisateur, sera opérationnelle. Il s’agit d’une boîte à outils en marque blanche destinée aux acteurs régulés.