POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Extension contre ex-tensions

Extension contre ex-tensions



Paperjam

Ne serait-ce que pour faire honneur à son nom, Delux se devait d'agrandir ses studios. C'est maintenant chose faite. Visite d'un site (de luxe?).

Il reste à espérer que le manque d'infrastructure cinématographique sera désormais évincé et que des tournages nécessitant une surface d'envergure importante ne seront plus éliminés du Grand-Duché pour manque d'espace. 

La société Delux, descendante d'une maison-mère connue sous le nom de CLT-UFA, se voit bénéficier d'un espace permettant enfin le tournage simultané de plusieurs longs métrages. Répartis sur quelques 10.500 m2, les plusieurs complexes abritent quatre studios de surfaces différentes (allant de 450 m2 à 1.250 m2) et de hauteur allant de 8 à 13 m, un atelier séparé pour la construction de sets et la peinture, des bureaux divers pour la production et les différentes sections artistiques, des loges ou garde-robes et un restaurant (parce que les créatures de rêve ne vont pas à la cantine).

Tout cela ne devrait en principe que renforcer le foisonnement de tournages nationaux. Depuis sa création en 1991, Delux a  jusqu'à présent "logé" 11 longs métrages cinéma, 14 films TV et  80 heures de séries télé.  Jimmy de Brabant, le responsable des studios, est confiant en ce qui concerne l'avenir. Dans le dernier bulletin de l'ULPA, il affirme que les nouveaux studios vont donner un coup de fouet à la production luxembourgeoise. En rajoutant que la valeur ajoutée en ressources humaines est déjà considérable, et qu'avec 250 techniciens spécialisés le Luxembourg devrait être à même de se transformer en vrai carrefour international de la production cinématographique. A voir ce qui se passe dans le secteur global de la production, cela semble assez bien s'annonce pour le moment. Il reste à espérer que les bureaux du Fonspa vont s'avérer une fois de plus être trop étroits dans un futur proche.