POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Commission parlementaire

Expo universelle: Nagel sans concurrence



Dubaï, la ville la plus peuplée des Émirats arabes unis, accueillera l'exposition universelle de 2020.  (Photo: visitdubai.com)

Dubaï, la ville la plus peuplée des Émirats arabes unis, accueillera l'exposition universelle de 2020. (Photo: visitdubai.com)

Le CSV aurait aimé que le gouvernement revienne sur la procédure de nomination de l’ancienne ministre du Logement et de la Culture aux fonctions de commissaire de l’exposition universelle de 2020 à Dubaï. Peine perdue.

Le ministre de l’Économie Étienne Schneider a présenté, ce jeudi, devant la commission parlementaire de l’économie, les premiers détails de la future participation du Grand-Duché à l'exposition universelle de Dubaï en 2020. À commencer par le budget, estimé entre 20 et 25 millions.

Cet exposé était effectué à la demande du groupe parlementaire chrétien-social qui n’a pas spécialement apprécié la nomination «imposée» de l’ancienne ministre Maggy Nagel aux commandes de ce projet. L’annonce en avait été faite le 11 mars dernier par le Premier ministre Xavier Bettel, en marge d’un conseil de gouvernement.

Un choix du reste confirmé par Étienne Schneider ce jeudi, notamment argumenté par le fait qu’il fait du sens d’envisager, pour cette fonction, un ancien ministre. Ce fut le cas, par exemple, pour la précédente exposition universelle, celle de Shanghai – où le pavillon luxembourgeois a rencontré un grand succès –, dont la coordination fut assurée par l’ancien ministre socialiste de l’Économie Robert Goebbels.

La comparaison s’arrête toutefois là, tant il est difficile de mettre sur un même plan les bagages respectifs de ces deux «anciens» ministres. L’un a passé 15 ans au sein de trois gouvernements (Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération, Classes moyennes, Économie, Transports et Travaux publics), puis 15 autres années en tant que député européen; l’autre seulement deux ans et deux semaines (Culture et Logement)…

Validation en mai

Le parti chrétien-social, lui, aurait préféré que le processus de nomination se fasse différemment. «Il aurait été plus logique de définir d’abord le concept et les ambitions d’une telle participation avant d’en nommer le commissaire», explique ainsi à paperjam.lu le député CSV Laurent Mosar. «Il n’est pas forcément nécessaire d’être un ancien ministre pour avoir les qualifications et les compétences requises pour une telle fonction», précise l’ancien président de la Chambre des députés, sans pour autant formellement proposer un candidat.

Reste que lorsque s’est posée, ce jeudi, la question de savoir qui pourrait être alors un candidat «alternatif» à Mme Nagel, seul le nom de René Steichen (CSV), 74 ans, (lui aussi ancien ministre, mais aussi commissaire européen et, plus récemment, président du conseil d’administration de la SES) a été évoqué. «Leur seul but est de dénigrer Mme Nagel et de dire que le gouvernement fait du favoritisme politique», commente Étienne Schneider à paperjam.lu, rappelant au passage qu’il était arrivé la même chose à M. Steichen lorsqu’il avait dû quitter ses fonctions de commissaire européen au moment où Jacques Santer fut nommé président de la Commission européenne en 1996.

Mme Nagel a officiellement pris le 1er avril dernier ses fonctions de conseiller de gouvernement au sein de la direction générale du commerce extérieur. «Elle sera officiellement nommée commissaire de l'exposition universelle lorsque l'invitation officielle des Émirats nous parviendra, ce qui devrait se faire en mai», a précisé M. Schneider. «J’ai parallèlement l'intention de m'engager beaucoup plus personnellement dans ce projet que ce qu’ont pu faire mes prédécesseurs. Et Mme Nagel sera épaulée par bon nombre de services du ministère, comme le GIE qui sera créé pour l’expo ou encore le Luxembourg Trade and Investment Office de Dubaï.»