COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Dans le Land

Études sans fin



land_2117_-_copie.png

Le Land regrette la «démission» de l’État du secteur culturel. (Photo: d'Lëtzebuerger Land)

Chaque semaine, Paperjam.lu vous propose de découvrir les grands dossiers qui font la une du Lëtzebuerger Land. Cette semaine, retour sur l’école luxembourgeoise, le groupe Post et la «grande privatisation».

Après une longue absence de toute évaluation externe scientifique du système scolaire au Luxembourg, on risque aujourd’hui de perdre la vue d’ensemble des différentes études et des rapports d’évaluation sur l’école luxembourgeoise. Pourtant, la conclusion principale de toutes ces analyses – soit que les élèves des milieux sociaux défavorisés sont systématiquement discriminés – n’a même pas pour conséquence une vraie stratégie inclusive de ces enfants. À la place, le ministre de l’Éducation nationale, Claude Meisch (DP), met gravement en question la participation du Luxembourg au test Pisa et crée de nouvelles structures à côté des experts de l’Université pour analyser les tendances et déficits dans l’enseignement.

Être ou paraître

Pendant que l’Union des consommateurs s’insurge contre les hausses des tarifs et les fermetures de bureaux, le directeur de la Post Claude Strasser peine à expliquer pourquoi ces mesures sont nécessaires, alors que l’entreprise a pu augmenter son chiffre d’affaires à 723 millions d’euros et dégager un bénéfice de 23 millions d’euros. Derrière les chiffres à la hausse se cachent des effets exceptionnels comme le redressement fiscal subi en 2015 ou encore le reclassement dans les livres du subside pour la distribution nocturne des journaux. Payer plus d’impôts d’un côté, pour recevoir des subsides étatiques de l’autre et verser ensuite un dividende à l’actionnaire, qui est la main publique – la situation de la Poste n’est pas toujours évidente. Surtout quand son directeur affirme que l’élément crucial qui a contribué à faire de l’année 2016 un bon cru est la hausse du prix des timbres, qui touche directement les clients.

La grande privatisation

La mandature du DP à la culture aura été celle de la démission de l’État de la chose culturelle. Dans une analyse en quatre chapitres, le Lëtzebuerger Land de vendredi explique: 1. Où les managers chassent les intellectuels; 2. Comment l’État a outsourcé la politique culturelle vers le privé; 3. Où le secteur privé a dépassé l’État en dynamisme et en initiative; 4. Que l’argent provient pourtant des caisses de l’État.