POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Cercle de coopération des associations laïques

Éducation aux valeurs: un rapport attendu



ecole_jb-6.jpg

Pour les associations laïques, l'école publique doit poser les grandes questions éthiques et les choix de société d'un point de vue philosophique et non théologique. (Photo: Julien Becker / archives )

Un rapport sur l’avancement des travaux quant au contenu du futur cours d’éducation aux valeurs, promis par le ministre Claude Meisch, est attendu par le Cercle de coopération des associations laïques qui, pour patienter, a fait part de ses revendications et autres vues sur ce cours aux députés de la majorité.

Dans le cadre de la mise en place d’un cours d’éducation aux valeurs dénommé «Vie et société», pour lequel il milite contre toute mainmise religieuse, le Cercle de coopération des associations laïques vient d’indiquer qu’il attendait toujours du ministre de l’Éducation nationale, Claude Meisch, un rapport intermédiaire – promis pour la fin juin – avant de se prononcer à nouveau sur le contenu et l’orientation de ce futur cours, appelé à remplacer celui de religion dans toutes les classes de l’enseignement fondamental et secondaire.

En attendant, il dit avoir rencontré au cours de ces derniers deux mois les représentants parlementaires des trois partis de la coalition gouvernementale pour leur exprimer de vive voix ses «inquiétudes» quant à l’avancement des travaux concernant ce cours et au document «Vie et société» qui, selon le Cercle, «semble privilégier une vue religieuse sur la culture et sur la société».

Les religions, et leurs dérives, peuvent figurer parmi les sujets à aborder.

Le Cercle de coopération des associations laïques

Le Cercle de coopération des associations laïques leur a rappelé qu’à ses yeux l’école publique devait poser les grandes questions éthiques et les choix de société d’un point de vue philosophique et non théologique, «étant donné que la théologie est toujours liée à une confession particulière et ne peut donc être la base d’un cours non confessionnel».

«Si les religions, en tant que phénomènes de notre société, y compris leurs dérives, peuvent figurer parmi les sujets à aborder, elles ne doivent ni éclipser les autres sujets du vivre ensemble, ni les questions écologiques et techniques, et elles doivent pouvoir être abordées de façon critique», rappelle une nouvelle fois le Cercle.

Selon lui, les échanges avec les représentants du DP, du LSAP et de Déi Gréng se sont déroulés dans un climat «cordial» et les députés auraient assuré le Cercle du partage de son souci de neutralité du nouveau cours.