POLITIQUE & INSTITUTIONS
EUROPE

France

Édouard Philippe nommé Premier ministre



edouardphilippe.jpeg

Âgé de 46 ans, Édouard Philippe a été avocat avant d’entrer en politique, via le Parti socialiste (PS), puis les Républicains. (Photo: DR)

Ancien du Parti socialiste passé chez les Républicains, le député-maire du Havre, centriste convaincu, a été désigné par Emmanuel Macron pour diriger son gouvernement. À charge avant tout pour lui d’obtenir une majorité aux législatives du mois prochain.

Le président français Emmanuel Macron a désigné ce lundi Édouard Philippe (46 ans) à la tête de son gouvernement, dont la composition devrait être connue ce mardi. Après avoir été attendue toute la journée, l’annonce a été faite aux alentours de 14h50 par le secrétaire général de l'Élysée.


Comptant parmi les quelques noms qui revenaient le plus souvent dans les spéculations, Édouard Philippe était jusqu’à présent le député-maire de la ville du Havre.

Après avoir fait ses premières armes au Parti socialiste (PS) alors qu’il était encore étudiant à Sciences Po, Édouard Philippe s’était ensuite rapproché de la droite lors de son passage à l’École nationale d’administration (ENA).

Fraîchement diplômé de cette école, il s’était lié à Antoine Rufenacht (Les Républicains) – maire du Havre – lors des législatives de 2007, avant de lui succéder en 2010 et de devenir député de la Seine-Maritime en 2012.

Un proche d’Alain Juppé

Avocat dans le privé, puis directeur des affaires publiques du groupe Areva, il avait rejoint Alain Juppé (Les Républicains) au même moment, et l’a soutenu lors de la primaire présidentielle de novembre 2016, pour laquelle il a été son co-porte-parole.

Soutien ensuite de François Fillon, il a quitté son équipe de campagne pour la présidentielle en mars dernier, en raison des affaires judiciaires – et notamment l’«affaire Penelope» – touchant l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Décrit comme un centriste «ami aussi bien avec des gens de droite que de gauche», Édouard Philippe est aussi réputé pour ses qualités de «grand travailleur», qu’il va très rapidement devoir mettre en œuvre dans le cadre des législatives qui auront lieu en France dans moins d’un mois.

Avec pour première mission de mener La République en marche – le mouvement présidentiel – vers une majorité à l’Assemblée nationale, pour permettre au président Emmanuel Macron de mettre en place et de développer son programme gouvernemental.