ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

#Hubradar

EasyMile, la navette autonome



Les navettes EasyMile sont contrôlées par des opérateurs ainsi que par les personnes à bord pour appréhender les intersections et ronds-points. (Photo: Léna Corot)

Les navettes EasyMile sont contrôlées par des opérateurs ainsi que par les personnes à bord pour appréhender les intersections et ronds-points. (Photo: Léna Corot)

Emmanuel Vivier et le HUB Institute vous proposent chaque jour le #HUBRADAR, une sélection des tendances et des meilleures innovations technologiques en trois articles.

Les navettes autonomes EasyMile en test en France

Après le bois de Vincennes et le pont Charles-de-Gaulle, le Centre de recherche et d’innovations (CEA) de Saclay teste à son tour depuis le 13 février l’usage de deux navettes autonomes EasyMile pouvant transporter 12 personnes dans un milieu proche d’une zone urbaine standard: piétons, cyclistes et voitures y évoluent. Ces navettes sont contrôlées par des opérateurs ainsi que par les personnes à bord pour appréhender les intersections et ronds-points. Alors que les prochaines grèves annoncées par les opérateurs de transport en commun vont paralyser la France, les véhicules autonomes ont leur carte à jouer.

Les agences de com: une espèce menacée

Si le phénomène n’est pas neuf, il s’accélère: le business model des agences de com vacille plus que dangereusement sur ses bases. Les règles de l’économie numérique - l’utilisateur au centre, la désintermédiation au profit de la relation directe, la data comme premier actif stratégique… - redistribuent les cartes de l’industrie publicitaire. Les annonceurs internalisent de plus en plus l’achat média, diminuant d’autant leurs budgets de communication externalisée. Les Gafa resserrent toujours plus leur emprise sur l’écosystème, tandis que les cabinets de conseil tirent leur épingle du jeu en se spécialisant sur l’achat média et la création.

Le marché publicitaire a gagné 13,7 milliards d’euros en 2017

Le Baromètre unifié du marché publicitaire fait l’état des lieux des dépenses en publicité: une progression de 12% pour internet, premier marché publicitaire, et de 1% pour la télévision, tandis que la presse dans son ensemble perd 7,4%. Si les annonceurs font de moins en moins appel aux agences de communication pour leurs campagnes publicitaires, ils ont toutefois augmenté de 22% leurs dépenses dans les «médias propriétaires», qui comprennent notamment la création de sites/applis, le data mining ou encore la création de contenus.

S’abonner à la veille digitale #HUBRADAR proposée par le HUB Institute.