POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Les nouveaux ministres (3/4)

Dix choses que vous ignoriez sur Taina Bofferding



20181207_photo_matic_zorman_4274.jpg

Derrière le sourire: une grande détermination. (Photo: Matic Zorman / archives)

Même si cela fait grincer les dents de certains, Taina Bofferding incarne sans doute le renouveau et donc le futur du LSAP. Raison pour laquelle elle est devenue ministre alors qu’elle n’a pas été réélue à la Chambre.

Qui s’y frotte s’y pique! Si vous pensez que Taina Bofferding (LSAP) sera la potiche du gouvernement conduit par Xavier Bettel (DP) vous faites fausse route. Derrière le sourire éclatant se cache une vraie détermination. Et un sens politique qui s’est aiguisé au fil des années. 

La trahison, même si elle vient seulement d’avoir 36 ans, elle en a déjà éprouvé le goût amer. En 2014, quand Lydia Mutsch, bourgmestre d’Esch, est appelée au gouvernement, elle est remplacée par l’échevine Véra Spautz. Le jeu des chaises musicales devrait valoir à Taina Bofferding de monter au Collège. Beaucoup lui en voient déjà toutes les qualités, a-t-elle assuré à nos collègues du d’Lëtzebuerger Land. Mais en coulisse, cela conspire et c’est finalement Dan Codello qui devient échevin, bien qu’il ait fait moins de voix que sa rivale. Le temps est à l’orage et en 2017 le LSAP perd son fief historique d’Esch, relégué dans l’opposition alors qu’il était au pouvoir depuis 1978, quatre ans avant la naissance de Taina Bofferding. Depuis lors, Dan Codello a claqué la porte et siège comme indépendant.

Emportée par la déroute du LSAP

Taina Bofferding, elle, a tracé sa route. Elle siège comme conseillère, est élue présidente de la section locale du LSAP. En 2013, elle recueille 17.998 voix aux élections législatives et intègre la Chambre suite à la mise en place du gouvernement DP-LSAP-Déi Gréng. Cinq ans plus tard, elle améliore son score, mais les mauvais résultats de son parti (perte de trois sièges au niveau national, dont un dans sa circonscription Sud) la laissent à quai. 

Finalement, elle devient ministre de l’Intérieur, mais aussi de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Où celle que ses collègues décrivent comme «sérieuse et très professionnelle» va tenter d’apposer sa marque.

En attendant, voici dix choses que vous ignoriez sans doute sur elle.

1. Elle est très présente sur Facebook, avec une page professionnelle et une page privée. Sur cette dernière elle lève parfois un léger coin du voile sur sa vie hors du champ politique: loisirs, voyage...

2. C’est une amatrice de course à pied, comme de nombreux élus. 

3. Son compagnon, Raphaël, est podologue à Esch.

4. Au sein du couple a été décrétée une règle: l’un ne parle pas des activités privées de l’autre, et n’évoque pas leur vie privée sans son accord.

5. Taina? C’est un prénom finlandais, assez rare, qui a fait son apparition (timide) en Belgique, France et Luxembourg, au début des années 2000. Elle était donc dès sa naissance en avance sur son époque.

6. Les Taina sont dites «dominatrices avec le goût de l’autorité». Mais elles ont aussi le sens de l’amitié, de la dévotion aux causes qui leur semblent justes, apprécient le contact humain. Elles font aussi preuve de réflexion avant de prendre une décision.

7. Elle s’est spécialisée dans les matières avec la sécurité sociale, les institutions, la révision constitutionnelle, le travail, l’enseignement supérieur et la culture, ainsi que la politique familiale lors de son mandat de députée.

8. Elle a 21 ans quand elle pose son premier acte politique en manifestant contre l’intervention militaire en Irak. Elle y rencontre des membres du LSAP.

9. Elle admire Wonderwoman et aime passer du temps du temps au bistro à philosopher avec ses amis, a-t-elle confié à Paperjam il y a quelques années.

10. Elle a effectué sa première visite de terrain dès le 17 décembre au Corps grand-ducal d’incendie et de secours.