COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

EXPERTISES - THOUGHT LEADERSHIP

Dette émergente: l’incontournable classe d’actifs



 Crédit Photo: Fidelity International

Crédit Photo: Fidelity International

Ces 10 dernières années, la dette des marchés émergents est devenue une véritable alternative pour les investisseurs en quête de rendement. Si les risques subsistent au sein de cette classe d’actifs, le marché s’est largement développé et offre désormais une source de diversification précieuse pour en limiter les effets.

Les pays émergents et les marchés de la dette ont beaucoup progressé au fil des ans, où en sommes-nous aujourd’hui?

Les pays émergents sont en constante évolution et les marchés locaux de la dette se développent, faisant apparaître de nombreuses opportunités d’investissement. Dans le même temps, des réformes gouvernementales positives entraînent une amélioration des fondamentaux économiques et permettent aux marchés d’atteindre leur maturité.

Les niveaux d’endettement des émetteurs souverains des marchés émergents restent bien inférieurs à ceux des marchés développés, et certains pays ont corrigé leurs déséquilibres externes, ce qui a permis de réduire le risque d’un choc grave, comme celui que l’on a pu observer durant la période du «Taper Tantrum» en 2013. Des pays comme l’Inde et la Chine sont en pleine mutation entre une économie à faible revenu et une économie à revenu moyen, phase qui s’étend sur plusieurs années. Par ailleurs, des pays comme la Côte d’Ivoire, l’un des plus grands producteurs de cacao au monde, prennent des mesures pour diversifier leur économie et progresser le long de la chaîne de valeur.

La dette émergente suscite pourtant toujours l’appréhension, voire la réticence, de certains investisseurs. Comment expliquer cela?

La dette émergente est une stratégie obligataire très complexe qui est fortement tributaire de l’actualité, des risques politiques et des périodes de volatilité à court terme. Les crises antérieures, comme la crise financière asiatique de 1997/1998 ou les défauts souverains de la Russie ou de l’Argentine, ne plaident pas en faveur de ce type d’investissement.

Naturellement, il a fallu plus de temps aux investisseurs pour se sentir à l’aise avec cette classe d’actifs. Mais la faiblesse des taux dans les pays développés a obligé ces derniers à s’intéresser de plus près aux marchés émergents, l’un des rares segments du marché offrant encore des rendements élevés. Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est que le marché a connu une croissance significative et s’est diversifié depuis les années 90. Par exemple, l’indice représentatif de la dette souveraine en devises fortes comptait 14 pays en 1993, dont 20% pour le marché mexicain, et autant pour le marché argentin. L’indice comprend aujourd’hui 66 pays, ce qui traduit sa diversité.

Sur quels segments de la dette émergente vous concentrez-vous particulièrement?

Nous nous intéressons à tous les segments et proposons ainsi des fonds de dettes émergentes en devises locales, en devises fortes, un fonds pur «corporate», ainsi qu’un fonds de dettes indexées sur l’inflation. Cependant, bien que toutes les composantes de la classe d’actifs puissent paraître attractives, le risque d’une approche mono-stratégie ne doit pas être négligé, notamment du fait de l’inefficience des indices. Ainsi, notre fonds FF Emerging Market Total Return Debt Fund vise à combiner une allocation d’actifs dynamique exploitant le bêta des sous-classes d’actifs et une sélection rigoureuse de pays et de titres afin de générer de l’alpha supplémentaire.

Selon nous, cette approche «Total Return», non contrainte par les indices et articulée autour d’une budgétisation prudente des risques, offre de meilleures performances ajustées du risque que les fonds de dette émergente mono-stratégie ou à performance absolue.

Que peuvent attendre les investisseurs de la dette émergente à l’avenir, et pourquoi devraient-ils envisager d’investir dans un fonds dédié à la dette émergente?

Pour ce qui est de l’avenir, il convient de rester prudent à court terme, la vague d’argent facile aux États-Unis étant en train de s’estomper. Néanmoins, les fondamentaux généralement solides des marchés émergents devraient contribuer à atténuer ce phénomène si la Fed procède à un resserrement prudent de sa politique monétaire. Étant donné que de nombreuses élections se sont déjà tenues dans les pays émergents, le calendrier annonce une période politique plus stable, ce qui constitue également un point positif. Ainsi, pour les investisseurs disposant d’un horizon d’investissement à long terme, la dette émergente offre une opportunité d’accéder à des marchés en forte croissance, présentant une démographie favorable et des fondamentaux en amélioration. Ces facteurs, conjugués à des rendements nominaux et réels attractifs en comparaison des marchés développés, font indéniablement de la dette émergente une classe d’actifs désormais incontournable.

www.fidelity.lu

Pour plus d’informations, contacter: sanela.kevric@fil.com ou solene.garnavault@fil.com

Retrouvez toute l’actualité Thought Leadership