POLITIQUE & INSTITUTIONS

Communication politique

Des ministres de plus en plus séduits par Twitter



capture_decran_2015-09-07_a_11.15.49.png

Pas moins de 11 des 18 membres de la coalition gouvernementale possèdent leur compte «personnel» Twitter. (Photo: Licence C.C.)

Comme 10 autres membres du gouvernement, Pierre Gramegna se trouve désormais sur Twitter. Lancé vendredi, le compte enregistre une centaine d’abonnés. Bien loin cependant des 22.900 de Xavier Bettel, actif depuis août 2010.

Près de deux ans après son entrée en fonction, Pierre Gramegna a décidé de varier les supports de sa communication. En plus des traditionnels communiqués, conférences de presse et autres interviews, le ministre des Finances a choisi, en fin de semaine dernière, de lancer son propre compte Twitter. Un compte personnel qui vient compléter celui du ministère des Finances. Agenda de ministre oblige, les messages de 140 caractères maximum ne proviennent pas toujours du grand argentier en personne, mais de ses porte-parole. Pour faire le tri, seuls les tweets signés «PG» certifient qu’il s’agit bel et bien du ministre en personne.

Pouvant passer pour anecdotique, cette initiative permet au gouvernement de passer une barre symbolique: Celle de la majorité de ses membres capables de s’exprimer et d’interagir sur les réseaux sociaux. Le ministre des Finances rejoint donc ses homologues du Développement durable, de la Justice, de l’Économie, du Travail, de l’Agriculture et de l’Environnement. Sans oublier Francine Closener, secrétaire d’État à l’Économie, à la Sécurité intérieure et à la Défense. Et bien évidemment Xavier Bettel, Premier ministre, présent sur Twitter depuis août 2010.

Mais force est de constater que présence sur Twitter ne signifie pas automatiquement communication à tout va. En la matière, le goût des membres du gouvernement en termes d’exposition médiatique sur le réseau social varie. Et fortement. Preuve en est non seulement avec la date de création de ces comptes, mais aussi avec le nombre de tweets publiés. Même s’il n’est pas le membre du gouvernement avec le compte le plus ancien – titre qui revient à François Bausch –, Xavier Bettel n’en demeure pas moins le champion de ce mode de communication, au vu du nombre de followers. Créé alors qu’il était député d’opposition et avant de devenir bourgmestre de la capitale, le compte est suivi actuellement par quelque 22.900 personnes. Géré initialement par Xavier Bettel en personne, le fil d’actualité de l’actuel Premier ministre comporte non seulement des événements politiques, mais aussi personnels. Parfois présentés avec humour.

Depuis décembre 2013 et l'arrivée de Xavier Bettel au ministère d’État, le compte a pris une tournure plus officielle et relate principalement des activités officielles du Premier ministre ou des choix politiques du gouvernement. Un choix également effectué par la majorité des membres du gouvernement, qui y relatent leurs actions dans leur domaine de compétence. Mais certains dérogent à cette règle. C’est le cas notamment de Corinne Cahen, ministre de la Famille, de l’Intégration et de la Grande Région, de François Bausch, ministre du Développement durable et des Infrastructures, ou de Nicolas Schmit, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie solidaire. Autant de ministres qui n’hésitent pas à donner leur avis sur l’actualité, à réagir aux différentes polémiques ou à faire des clins d’œil via des messages pas forcément politiques.

Le champion en la matière reste François Bausch, l’hyperactif du gouvernement sur Twitter. En six ans, l’actuel locataire du ministère de la place de l’Europe a envoyé ou fait référence à pas moins de 4.678 messages, accompagnés ou non d’images ou de vidéos. Le dernier en date, publié ce lundi, fait référence à un chien habillé comme un ouvrier du bâtiment… À noter toutefois que le nombre de tweets des ministres n'est en aucun cas lié au nombre de personnes qui les suivent.

Du côté des grands absents figure notamment Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères, de l’Immigration et de l’Asile, actuellement particulièrement sur le devant de la scène. Une absence compensée cependant par son activité sur Facebook où le ministre avait relaté son Tour de France à vélo, marqué par quelques soucis avec le géant de Palo Alto. Pour de ce qui est des autres ministres absents, tels Claude Meisch, Maggy Nagel ou Lydia Mutsch, il n’est pas encore prévu qu’ils s’invitent sur la toile. Preuve donc qu’aucune stratégie commune n’a été mise en place au sein du gouvernement.