POLITIQUE & INSTITUTIONS

Libéralisation du contrôle technique

Dekra arrive au Luxembourg «au second semestre 2017»



Dekra est à ce jour la seule société étrangère à s’être intéressée au marché luxembourgeois du contrôle technique. (Photo: Dekra)

Dekra est à ce jour la seule société étrangère à s’être intéressée au marché luxembourgeois du contrôle technique. (Photo: Dekra)

Les documents nécessaires à l’implantation de la firme allemande de contrôle technique arrivent au compte-gouttes, mais la finalisation du dossier devrait avoir lieu dans la deuxième partie de l’année, selon le ministère du Développement durable et des Infrastructures (MDDI).

Comme l’avait annoncé Paperjam, l’arrivée de Dekra aura bien lieu en 2017. Une seule inconnue subsiste: la date de son implantation. «Il est difficile d’être très précis, car la société allemande a choisi de nous envoyer graduellement les documents nécessaires», explique jeudi la porte-parole du ministère, Dany Frank. «Dès que nous aurons l’ensemble des papiers, le ministère pourra donner son accord. Nous pensons que cela aura lieu dans la deuxième partie de l’année», ajoute-t-elle.

Contactée par Paperjam.lu, la société allemande n’a pas été en mesure de donner plus d’éléments. En janvier, nous avions annoncé que deux sociétés allemandes s’étaient montrées intéressées par le marché luxembourgeois du contrôle technique: TÜV et Dekra. Seule la seconde a depuis entrepris des démarches auprès des autorités grand-ducales.

Pour rappel, l’ouverture à la concurrence de ce secteur suppose quelques obligations. L’ensemble des opérateurs homologués devront ainsi avoir au moins trois centres, qui doivent couvrir au moins 90% du territoire. Chacun d’entre eux devra disposer d’au moins deux pistes, dont l’une réservée aux poids lourds. Les concurrents de la SNCT doivent également disposer d’une personnalité juridique propre. Si Dekra reste la seule société intéressée, elle devra à elle seule remplir toutes ces conditions.