POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

En Allemagne

Davantage de transparence dans les tests automobiles



La principale mission du nouvel institut sera de déterminer au plus près les émissions et la consommation de carburant réelles de quelque 70 modèles lancés sur le marché allemand chaque année. (Photo: DR)

La principale mission du nouvel institut sera de déterminer au plus près les émissions et la consommation de carburant réelles de quelque 70 modèles lancés sur le marché allemand chaque année. (Photo: DR)

Deux ans après le scandale Volkswagen, le gouvernement allemand souhaite restaurer la confiance des consommateurs en annonçant la création d’un institut chargé de mesurer la consommation et les émissions réelles des véhicules.

Le gouvernement allemand a annoncé cette semaine – par la voix de son ministre des Transports, Alexander Dobrindt – la création d’un organisme chargé de mesurer la consommation et les émissions polluantes des véhicules «pour combler les lacunes actuelles» et mettre un terme au «dieselgate» déclenché il y a presque deux ans.

Cet organisme devrait être institué d’ici la fin de cette année «pour offrir aux automobilistes plus de transparence quant aux résultats des tests de mesure effectués pour autoriser un modèle à la vente et les valeurs relevées en situation réelle de conduite», a expliqué Alexander Dobrindt.

Selon le ministre, c’est l’industrie automobile qui financera cet institut, qui sera doté d’un budget de 2 millions d’euros par an et dont la mission principale sera de déterminer au plus près les émissions d’oxyde d’azote (NOx) et de dioxyde de carbone (CO2), ainsi que la consommation de carburant de quelque 70 modèles lancés sur le marché allemand chaque année.

Nouvelles normes européennes à la rentrée

Les tests qui seront effectués par ce nouvel organisme viendront compléter ceux réalisés jusqu’ici par l’Office fédéral des transports (KBA), dans le cadre de la procédure d’homologation des véhicules. L’efficacité de ces tests a été remise en question après la révélation de l’affaire Volkswagen.

En outre, de nouvelles normes européennes, basées sur un cycle d’homologation (le WLTP) et sur des tests en conditions réelles d’utilisation (RDE), doivent entrer en vigueur en septembre. De ce fait, les écarts entre les valeurs lors de tests et les valeurs réelles à l’utilisation devraient être réduits.

Le nouvel organisme visera à donner une fourchette d’émissions et de consommation calculée en tenant compte d’éléments tels que le style de conduite ou encore l’utilisation de la climatisation.

Interrogé sur cette annonce, le ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch, a dit la saluer en ajoutant qu’il soutenait «toute initiative pouvant servir à combler les pratiques frauduleuses relatives aux émissions de polluants et à offrir une transparence accrue aux conducteurs».