COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Employee benefits

D’autres valeurs que financières



Nicolas Rasson (ING Luxembourg) (Photo: Andrés Lejona)

Nicolas Rasson (ING Luxembourg) (Photo: Andrés Lejona)

L’approche purement matérialiste et pécuniaire des avantages extralégaux s’est enrichie de nombreuses autres considérations, permettant d’envisager la problématique au travers d’un spectre bien plus large.

En matière d’avantages extralégaux, les entreprises font aujourd’hui œuvre d’originalité et de pertinence. Originalité, car la palette de ces avan­tages ne cesse de s’étoffer. Pertinence, parce qu’elles répondent à la fois à des désirs personnels et variés des employés tout comme elles s’emploient à satisfaire aux exigences contemporaines et locales (flexibilité, mobilité, écologie, etc.).

Si les vieilles formules ont toujours cours (elles sont toujours fortement plébiscitées), force est de constater que la tendance va vers des employee benefits moins ancrés dans le matériel ou le pécu­­niaire. «Bien entendu, la voiture de fonction, le GSM, les tickets resto et la complémentaire pension ont toujours le vent en poupe, mais on sent de nouvelles sensibilités au travers des demandes très dis­parates émanant de nos récentes recrues lors des négociations salariales», résume Nicolas Rasson, head of human resources et secrétaire général chez ING Luxembourg.

Beaucoup de candidats négocient leur package salarial en ayant quelquefois une idée très claire de leurs priorités. Les entreprises s’adaptent, voire anticipent ces demandes en proposant un choix d’avantages qui sort des sentiers battus, tout en tenant compte de leur activité, de leur politique et de leur philosophie respectives. ING Luxembourg, en tant que banque universelle, propose entre autres un régime de prévoyance extralégale (pension complémentaire, invalidité, décès) ou des prêts à des conditions relativement avantageuses à ses collaborateurs.

Mais ce n’est pas tout. «Nous nous inscrivons durablement dans une logique ‘green’ et nous proposons à nos salariés les Oekopass afin de favoriser les transports en commun pour leurs déplacements domicile-travail», donne à titre d’exemple Fabrice Encelle, human resources account manager.
«Mais on peut proposer tous les avantages que l’on veut, si on n’y adjoint pas de campagne de marketing, on risque fort de faire chou blanc», précise Nicolas Rasson. Ainsi, chez ING, un catalogue reprenant tous les avantages extralégaux du moment est mis à la disposition des quelque 800 employés. Cette brochure, régulièrement actualisée, est complétée par des séances d’information, programmées à intervalles réguliers durant les pauses déjeuner.

Une porte vers le télétravail

«Au-delà des avantages classiques et bancaires, nous orientons nos employee benefits autour de quatre thèmes fédérateurs et qui répondent à l’évolution de la société: la flexibilité, la formation, le développement personnel, ainsi que la santé et le bien-être», précise M. Rasson.

Dans ce dernier cas, les propositions vont vers des formations et sensibilisations à la santé et des check-up médicaux pour tous les salariés. Concernant les formations, ING met les bouchées doubles pour contenter chaque salarié, avec des solutions d’e-learning ou de nombreuses initiatives de formation ponctuelles. «L’année dernière, nous avons proposé aux 100 premières personnes inscrites, la possibilité de suivre la formation de leur choix, sans obligation de s’orienter vers une formation liée à leur fonction ou leur poste», argumente Arlette Peters, manager HR legal-reward-finance. C’est d’ailleurs en partie grâce à sa poli­tique de formation qu’ING Luxembourg a obtenu, en 2011, la deuxième place du palmarès «Great Place to Work» établi pour la première fois au Grand-Duché.

Quant à la flexibilité et au bien-être, ils sont souvent imbriqués dans le but de concilier vie privée et vie professionnelle. Plusieurs pistes sont ouvertes aux salariés, afin de leur donner un maximum de souplesse en termes de temps, et de réduire ainsi autant que possible les sources de stress. Dans ce cadre, ING Luxembourg a notamment lancé un système d’achat de jours de congé ainsi qu’une campagne de sensibilisation des salariés au temps partiel. «Depuis le 1er octobre, nous proposons à nos collaborateurs la possibilité de pratiquer le télétravail, une journée maximum par semaine», lance, enthousiaste, Nicolas Rasson.

Cette possibilité va très certainement trouver un écho favorable, tant au sein de la banque qu’auprès d’autres entreprises locales, car elle répond clairement à des impératifs de développement durable et de mobilité. Quand les avantages extra-légaux s’avèrent bénéfiques pour tous…