COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Parution

Crowdfunding: quand les foules lèvent des fonds



2015_03_merkur_hd-1.jpg

L'édition de mars/avril de Merkur est disponible, avec un dossier dédié au crowdfunding. (Photos: Maison Moderne Studio)

Dans son édition de mars/avril 2015, Merkur – le magazine de la Chambre de commerce du Luxembourg – publie un dossier sur le crowdfunding, fer de lance de l’économie collaborative.

Nouveau mode de financement participatif né sur la toile, le crowdfunding a définitivement le vent en poupe. De nombreuses plateformes dédiées à ce financement par les «foules» ont vu le jour ces dernières années et certaines s’imposent aujourd’hui comme de véritables machines à propulser les start-up. Le principe est simple: convaincre un maximum de petits contributeurs à participer à leur mesure au financement d’un projet, plutôt que de passer par la case banque ou business angel. Les anges, dans ce cas-là, ce sont les milliers d’internautes qui auront accepté d’apporter leur contribution financière, si minime soit-elle, en contrepartie d’un «privilège» ou d’une part de la société dans laquelle ils croient et dans laquelle ils investissent par ce moyen. Ce mode de financement est-il réellement le nouvel eldorado pour les entrepreneurs? Et qu’en est-il du crowdfunding au Luxembourg? Le dossier du mois vous en apprend davantage.

Merkur, dossier crowdfunding Merkur, dossier crowdfunding

Dans ce même numéro, Merkur consacre son Grand Entretien à deux personnalités bien différentes. La première est une femme politique luxembourgeoise, la seconde un (très) jeune entrepreneur londonien. La première est rapporteur du Parlement européen sur le Tisa (Trade in Services Agreement) et lève le voile sur ce dossier d’une grande importance, tandis que la seconde est devenue multimillionnaire en créant à seulement 17 ans l’application Summly rachetée dans la foulée par le géant Yahoo. La première est Viviane Reding, la seconde Nick D’Aloisio.

À lire également dans cette édition, les dernières news des entreprises et des institutions luxembourgeoises, les «success stories» de Fernand Ernster et dans un tout autre secteur d’activité, celle de Julie Jager et de son aventure culinaire bio, ainsi que la carte blanche de Pierre Gramegna.

Merkur, entrepreneurs Merkur, Fernand Ernster Merkur, carte blanche de Pierre Gramegna