POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Une affaire introduite en 2011

Corruption et faux: non-lieu pour Robert Weber



Cinq ans après qu'une plainte a été déposée contre lui, Robert Weber a été blanchi par la justice. (Photo: Luc Deflorenne / archives)

Cinq ans après qu'une plainte a été déposée contre lui, Robert Weber a été blanchi par la justice. (Photo: Luc Deflorenne / archives)

L’ancien président du LCGB a été blanchi face à des accusations de malversations portées à son encontre alors qu’il présidait également l’asbl ProActif.

En 2011, alors qu’il était président du LCGB et de l’association ProActif, Robert Weber avait fait l’objet de poursuites dans le cadre d’une affaire de corruption, de faux et d’usage de faux.

Il lui était reproché des manœuvres frauduleuses en lien avec ProActif, une asbl dont les dépenses auraient été gonflées dans le but d’obtenir davantage de subsides de la part de l’État.

Dans un entretien à nos confrères de RTL, l’ancien président du LCGB vient d’indiquer qu’il avait bénéficié d’un non-lieu dans cette affaire.

De ce fait, il précise qu’il se réserve le droit dans ce même dossier de poursuivre dorénavant en justice le ministre du Travail, Nicolas Schmit, pour diffamation.