POLITIQUE & INSTITUTIONS

Jeunes entrepreneurs

Concours CYEL: les finalistes connus



finalistes_cyel.jpg

Les trois domaines d’activités des finalistes (science, finance, médical) reflètent la créativité des jeunes entrepreneurs. (Photo: Cyel)

Les trois finalistes au concours CYEL, organisé par JCI Luxembourg et récompensant les jeunes entrepreneurs, viennent d’être dévoilés. Virginie Simon (MyScienceWork), Laurent Muller (Muller & Associés) et François Scalais (Neo Medical Systems) connaîtront le verdict du jury le 5 juin prochain en soirée.

Qui sera le meilleur «Creative Young Entrepeneur Luxembourg» 2013? La réponse sera dévoilée le 5 juin en soirée durant une cérémonie organisée par JCI Luxembourg au Parc Belle-Vue. Mais l’on connaît d’ores et déjà les noms des trois finalistes qui concourent pour le prix. Il s’agit de Virginie Simon (MyScienceWork), Laurent Muller (Muller & Associés) et François Scalais (Neo Medical Systems).

Ce trio de têtes résulte d’une audition menée devant un jury composé de personnalités issues du monde économique et académique local. Dix entrepreneurs étaient en lice cette année et tous ont du se livrer à ce jeu le 24 avril dernier au siège de BGL BNP Paribas. «Les différents projets étaient très peu comparables, mais nous avons eu le plaisir de constater que ces jeunes gens présentaient des idées très originales et faisaient preuve d’assurance à l’égard de leur projet, ce qui est important, notamment pour trouver des partenaires financiers, déclare Patrick Wies, associé chez KPMG Luxembourg et président du jury 2013.

La science en libre accès

Le concours est ouvert à tous les domaines d’activité, d’où une variété de projets d’entreprises parmi les candidats… et les finalistes. Virginie Simon a lancé son activité en août 2010, tout d’abord en France avant de rejoindre Luxembourg afin de lui donner une dimension européenne et de réaliser des levers de fonds. MyScienceWork se positionne comme une plateforme d’accès à l’information scientifique au sens large, dans la mouvance de l’open access (libre accès à l’information) qui révolutionne le secteur. «Trois mots clefs défissent le projet: réseau social professionnel, open access et multidisciplinarité, déclare Virginie Simon CEO cofondatrice de la société. Elle comptabilise d’ores et déjà plus de 50.000 personnes enregistrées auprès de la plateforme, depuis la mise en ligne de sa version actuelle, il y a 5 mois.

Allier créativité et régulation

Le concours CYEL s’adresse aussi aux jeunes patrons qui ont repris une activité existante, afin de la transformer ou de lui donner un nouvel élan. C’est ce que Laurent Muller a réalisé, avec son frère Frédéric en 2006, en rachetant le fond de commerce de la fiduciaire créée par leur père. L’activité a été réorientée vers les services financiers et l’entreprise emploie désormais 50 personnes (une quinzaine en 2006). Une croissance qui s’explique par un souci de créativité dans un secteur réglementé. «Nous nous sommes positionnés comme un fournisseur global de services financiers en misant sur une approche créative autour de secteurs de niches et de produits réglementés», déclare Laurent Muller, associé.

La chirurgie en 3D

On ne nait pas forcément entrepreneur, on le devient. François Scalais en a fait l’expérience. Cet ancien employé de grands noms du secteur médical s’est lancée à l’âge de 35 ans, en 2009, dans sa propre aventure dénommée «Neo Medical Systems», spécialisée dans la fourniture de matériel pour le bloc opératoire. «Il faut une grosse dose de confiance en soi car on n'imagine pas à quel point c’est stressant, notamment en raison des investissements financiers nécessaires.» L’entrepreneur recherche actuellement les fonds nécessaires pour finaliser un projet innovant qui pourrait le positionner, avec ses quatre associés, comme un leader sur le marché: un écran en 3D pour la chirurgie mini-invasive. L’outil ne nécessiterait pas le port de lunettes fatigantes, principal frein aux écrans 3D actuels.

Créativité, innovation, vision et persuasion sont des qualités que ces trois finalistes possèdent et qui ont séduit le jury pour effectuer sa première sélection. Quel critère les départagera? La réponse sera connue dans quelques jours. Un «coup de cœur» devrait aussi être décerné durant la finale du CYEL à un autre entrepreneur qui ne figure pas dans le trio de têtes.