COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

EXPERTISES - INVESTISSEMENTS & ETF

Comment se positionner en Europe?



themes-420x630px.jpg

Crédit photo: Lyxor ETF

Comment positionner ses portefeuilles dans le contexte d’une Europe en pleine crise et après une fin d’année chaotique? Lyxor ETF fait le point.

Les tensions politiques et l’émergence du populisme noircissent l’horizon, de plus en plus d’électeurs préférant voir dans le projet européen la cause de leurs problèmes plutôt qu’une solution. Dans une série d’interviews exceptionnellesLorenzo Bini Smaghi, Président du Conseil d’Administration de Société Générale et ancien membre du Directoire de la BCE, admet qu’une certaine prudence s’impose, en s’attachant toutefois aux opportunités qu’offre la région. 

La confusion règne

Pour l’instant, c’est la confusion qui prévaut et la confiance en pâtit. L’issue du Brexit inquiète, et le mouvement des Gilets jaunes en France, la Ligue italienne et Alternative für Deutschland en Allemagne surfent sur la vague populiste. Les élections européennes risquent de rebattre les cartes et cette perspective tient les investisseurs étrangers éloignés du marché européen.

Les actions de la zone euro se négocient sur la base d’un PER à 12 mois de 12,0, soit 8% en deçà de leur moyenne à 20 ans et en retrait d’environ 23% par rapport aux actions américaines1. Néanmoins, une plus grande clarté quant à l’issue du Brexit, une volonté de dialoguer avec Rome, l’apaisement des tensions commerciales et des premiers signes de relance économique sont autant d’éléments qui pourraient redynamiser les cours.

Même si les pressions baissières persistent, l’environnement économique est, quant à lui, plutôt favorable, porté par des politiques monétaire et budgétaire accommodantes, un marché du travail vigoureux et des investissements soutenus de la part des entreprises. 

Une introspection salutaire

Pour Lorenzo Bini Smaghi, la réponse se trouve dans une Europe mieux coordonnée, menée par des dirigeants capables d’instaurer un vrai dialogue avec le peuple. Si l’Europe parvient à réduire sa dépendance à l’exportation, passer à un modèle de croissance interne et accélérer les réformes, l’avenir peut s’envisager avec sérénité. Le prochain épisode de croissance pourrait donc bien venir de l’intérieur, un scénario favorable aux indices de moyennes capitalisations tels que le MDAXou le CAC Mid-60.

Gérer ses risques tout en saisissant les opportunités

Nous privilégions pour l’heure la stabilité et préférons les actions à l’obligataire. Toutefois, au vu des risques immédiats, nous favorisons aussi les stratégies de réduction du risque (Minimum Variance) et Quality Income.

Au niveau des expositions pays, le DAX recueille nos faveurs, sous réserve d’un apaisement des tensions commerciales. Avec l’essoufflement du mouvement des Gilets jaunes, la France pourrait redevenir un des principaux moteurs de croissance de la zone euro cette année. Mais les investisseurs pourraient tout autant à nouveau chercher refuge en Suisse. Les pays de la périphérie apparaissent plus fragiles face à un éventuel ralentissement de la croissance, même si l’Espagne a bien résisté au 4e trimestre. Des certitudes à propos de l’issue du Brexit seront incontestablement bénéfiques, mais la livre sterling se redressera alors au détriment des exportateurs.

Nous comptons repositionner progressivement nos allocations sectorielles en faveur d’entreprises de fin de cycle (secteurs des soins de santé, pétrole & gaz, finance et matériaux de base). Nous pourrions y ajouter les services aux collectivités et les sociétés qui versent des dividendes en général.

Le monde de l’après-Draghi

L’obligataire ne constitue plus vraiment un refuge face à la volatilité des marchés actions. La stratégie de la BCE reste au cœur des préoccupations des investisseurs dans un monde post-QE. En finir avec les taux d’intérêt négatifs et assurer l’approvisionnement du système bancaire en liquidités constituent des priorités absolues. Avec un nouveau programme d’ORLT à l’horizon, il est clair que la banque centrale ne peut retirer complètement ses mesures de soutien.

Dès lors que le rachat de la dette n’est plus envisageable, les obligations libellées en euro seront d’autant plus vulnérables face à un éventuel resserrement monétaire. Cela dit, la BCE pourrait opter pour la prudence et ne procéder qu’à un relèvement mineur de ses taux (10 pb) en septembre, juste avant le départ de Mario Draghi. Qui que soit son successeur, nous nous attendons à ce qu’il maintienne le cap.

Le moindre signe d’ouverture du gouvernement italien pourrait entraîner un resserrement prononcé des spreads entre les Bunds et les BTP. Détenir de la dette périphérique peut faire du sens dans un tel scénario, à condition de garder la tête froide. Le redressement des cours pétroliers et le renforcement de la dynamique économique devraient favoriser une révision à la hausse des anticipations d’inflation. C’est peut-être l’occasion d’envisager des stratégies obligataires liées à l’inflation innovantes pour soutenir le rendement de vos portefeuilles.

Si vous êtes un investisseur professionnel, nous vous invitons à découvrir nos pistes de réflexion pour 2019 sur le site de Lyxor ETF.

1Au 31/01/2019

Retrouvez l’intégralité de Investissements & ETF

     
Informations importantes
Source: sauf mention contraire, les données et opinions présentées sont celles de Lyxor International Asset Management, au 31/01/2019. Les vues exprimées par Lorenzo Bini Smaghi ne constituent pas une recommandation d’investissement or une recommandation d’un produit.
Ce document est de nature commerciale et non réglementaire. Avant tout investissement dans ce produit, les investisseurs sont invités à se rapprocher de leurs conseils financiers, fiscaux, comptables et juridiques. Il appartient à chaque investisseur de s’assurer qu’il est autorisé à souscrire ou à investir dans ce produit.
Les UCITS ETFs Lyxor sont des fonds français ou luxembourgeois, agréés respectivement par l’Autorité des marchés financiers ou la Commission de Surveillance du Secteur Financier, et dont les parts ou actions sont autorisées à la commercialisation dans plusieurs pays européens (les Pays de Commercialisation) conformément à l’article 93 de la Directive 2009/65/CE. Lyxor International Asset Management (LIAM) recommande aux investisseurs de lire attentivement la rubrique «Profil de risque» de la documentation produit (prospectus et DICI, le cas échéant). Le prospectus en français (pour les UCITS ETFs français) ou en anglais (pour les UCITS ETFs luxembourgeois),  ainsi que le DICI dans les langues des Pays de Commercialisation sont disponibles gratuitement sur www.lyxoretf.com ou sur demande auprès de client-services-etf@lyxor.com.
La composition actualisée du portefeuille d’investissement des UCITS ETFs Lyxor est mentionnée sur le site www.lyxoretf.com. En outre la valeur liquidative indicative figure sur les pages Reuters et Bloomberg du produit et peut également être mentionnée sur les sites internet des places de cotation du produit. Les UCITS ETFs font l’objet de contrats d’animation qui visent à assurer la liquidité du produit en bourse, dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique. Les parts ou actions de l’OPCVM coté («UCITS ETF») acquises sur le marché secondaire ne peuvent généralement pas être directement revendues à l’OPCVM coté. Les investisseurs doivent acheter et vendre les parts/actions sur un marché secondaire avec l’assistance d’un intermédiaire (par exemple un courtier) et peuvent ainsi supporter des frais. En outre, il est possible que les investisseurs paient davantage que la valeur nette d’inventaire actuelle lorsqu’ils achètent des parts/actions et reçoivent moins que la valeur nette d’inventaire actuelle à la revente.
Ces produits comportent un risque de perte en capital. Leur valeur de remboursement peut être inférieure au montant investi. Dans le pire des scénarii, les investisseurs peuvent perdre jusqu’à la totalité de leur investissement. Il n’y a aucune garantie que l’objectif du fonds soit atteint. Le fonds peut ne pas toujours être en mesure de répliquer parfaitement la performance de(s) (l’) indice(s).
Les indices et marques utilisés dans ce document sont la propriété intellectuelle des sponsors d’indices et leur utilisation est soumise à licence. Les UCITS ETFs Lyxor ne bénéficient pas, de quelque manière que ce soit, du parrainage, du soutien ou de la promotion des sponsors d’indices, qui n’assument aucune responsabilité en lien avec ces produits.
Les indices ne sont pas parrainés, ni approuvés, ni vendus par Société Générale ou LIAM. Ni Société Générale ni LIAM n’assumeront une quelconque responsabilité à ce titre.
Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas enregistrées en vertu du US Securities Act de 1933, tel que modifié (le US Securities Act) et ne peuvent être ni offertes, ni cédées, ni transférées, ni transmises, ni attribuées aux États-Unis d’Amérique ou à tout ressortissant américain (US Person) tel que ce terme est défini par la Réglementation S de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (Regulation S of the US Securities Act). Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas offertes à des US Persons. Les parts ou actions des UCITS ETFs seront offertes uniquement en dehors des États-Unis d’Amérique à des personnes n’étant pas des ressortissants américains (non-US Persons).
Aux fins des présentes, une US Person désigne, mais sans s’y limiter, toute personne physique résidant aux États-Unis d’Amérique, toute entité organisée ou constituée en vertu du droit des États-Unis d’Amérique, certaines entités organisées ou constituées en dehors des États-Unis d’Amérique par des ressortissants américains, ou tout compte détenu au profit d’un tel ressortissant américain.
Ce document ne constitue, de la part de Société Générale, LIAM ou l’une de leurs filiales, ni une offre, ni la sollicitation d’une offre en vue de l’achat ou de la vente du produit qui y est décrit.
​Lyxor International Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2014/91/EU) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel.