POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Cour européenne des Droits de l’homme

Cherche Luxembourgeoise, désespérément



cedh_paperjam.gif

La Cour européenne des Droits de l’Homme, à Strasbourg (Photo: CEDH)

Fin 2015 un nouveau juge luxembourgeois siègera à la Cour européenne des Droits de l’homme. Le processus de désignation actuellement en cours est néanmoins retardé par l’absence de… femmes! Un nouvel appel à candidatures a été lancé.

Le 1er novembre 2015, la Cour européenne des Droits de l’homme (CEDH), actuellement présidée par le Luxembourgeois Dean Spielmann, comptera un nouveau juge venu du Grand-Duché. Le processus de sélection est actuellement en cours, le gouvernement devant présenter une liste de trois candidats au secrétariat du Conseil de l’Europe. L’élection en tant que telle est prévue pour le courant du Premier semestre 2015.

Mais le gouvernement a été amené à publier, ce mercredi, au Memorial B, un nouvel appel à candidatures. Motif: en date du 10 octobre dernier, aucune candidature n’avait été soumise par une femme! «Le Comité des ministres invite les gouvernements à favoriser une représentation équilibrée des hommes et des femmes lors de l’établissement des listes nationales de candidat(e)s», rappelle l’article du Memorial. «Le gouvernement luxembourgeois accorde une importance particulière à pouvoir présenter une liste mixte.»

Un mandat de neuf ans

Pour l’heure, donc, ça ne se bouscule pas au portillon du côté des candidates potentielles. Le délai de soumission de candidature a donc été prolongé «pour tous les postulantes et postulants intéressé(e)s» (même si dans le cas présent, ce sont les postulantes qui sont évidemment visées…)

Le poste à pourvoir est d’une durée maximale de neuf ans (non renouvelable), à moins que le titulaire du poste atteigne entre temps l’âge de 70 ans.

Officiellement, les entretiens avec les candidat(e)s sont prévus entre le 20 octobre et le 16 novembre. Le Memorial indique cependant que la lettre de motivation et le CV sont à adresser au plus tard pour le… 22 octobre.

Commencera alors un véritable parcours du combattant, la liste des trois candidat(e)s d’abord soumise à l’examen d’un panel consultatif du conseil de l’Europe pour délibération, sera ensuite transmise à une commission spéciale de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. C’est elle qui examinera les CV et conduira les entretiens avec les candidat(e)s avant de transmettre ses recommandations à l’Assemblée parlementaire qui procédera à l’élection.