POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Travaux sur la E411

Changements sur le chantier Arlon-Sterpenich



capture_decran_2019-01-15_a_15.47.28.png

Le chantier qui a débuté en septembre dernier doit prendre fin en avril prochain. (Photo: Sofico / archives)

Le responsable du chantier de réhabilitation de l’autoroute E411 entre Arlon et Sterpenich annonce de nouvelles modifications dans la circulation dès ce mercredi, tout en souhaitant limiter l’impact aux heures de pointe.

À partir de ce mercredi 16 janvier, deux voies restent disponibles, avec une vitesse limitée à 90km/h en direction du Grand-Duché dans le cadre du chantier en cours sur la E411. 

Néanmoins, la voie de droite pourra éventuellement être soustraite dès 9h (après les heures de pointe matinales) sur environ trois kilomètres. La signalisation sera retirée tous les jours en fin d’après-midi; celle-ci sera mise en place uniquement lorsque les conditions climatiques seront favorables à la bonne tenue des travaux.

À noter qu’en direction de Bruxelles, aucun changement de circulation n’est à prévoir (deux voies, avec une vitesse limitée à 120km/h).

Cette phase du chantier, en place jusqu’aux alentours de la mi-mars, sera suivie de la pose des couches de roulement sur toute la largeur de l’axe autoroutier. La Sofico, responsable des travaux, désire effectuer cette étape le plus rapidement possible afin de pouvoir libérer préalablement une partie du tronçon d’environ 11 kilomètres. 

Projet pilote de covoiturage

Grâce à l’agencement de ces différentes mesures, la Sofico espère endiguer l’impact sur la circulation lors des heures de pointe, tout améliorant ses services.

Ces travaux doivent en effet permettre de changer le revêtement, de réhabiliter les bretelles des différents échangeurs situés sur le tronçon et de rénover les parkings des aires de Hondelange et de Sterpenich (en fin de chantier). 

De plus, la bande d’arrêt d’urgence va également bénéficier de divers aménagements, notamment en matière de sécurité et de mobilité. Parmi ces installations, un projet pilote de covoiturage, encouragé par les ministres de la Mobilité wallon et luxembourgeois, sera mis en place en direction du Grand-Duché et au-delà de la frontière. 

Les automobilistes pourront aussi compter sur les 22 zones de refuge de 150 mètres réalisées tout au long de ce tronçon afin d’accroître la sécurité lors de l’utilisation de la bande d’arrêt d’urgence.