ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Enrepreneuriat

Brasserie de la Rulles: une réussite exemplaire



Paperjam

L'entreprise vient de doubler sa capacité, mais la demande est telle que cet investissement de 250.000 euros doit déjà être augmenté. La demande vient surtout de l'exportation, qui permet de voir ces bières artisanales aux quatre coins du monde.

"Cet investissement de 250.000 euros nous permet de produire 2.200 hectolitres par an, soit deux fois et demie la capacité dont nous disposions jusqu'à présent. Mais, sans que nous faisions ni marketing, ni démarchage, le succès est tel que l'installation tourne déjà à plus de 70% de sa capacité. Compte tenu de la demande, nous devons déjà envisager une extension", explique Grégory Verhelst, de Rulles (petit village gaumais de l'entité de Habay, non loin de Arlon, un brasseur et un entrepreneur comblé.

Il porte le nom de Rulles dans le monde entier, puisque ses bières artisanales sont exportées aux Etats-Unis, au Canada, en Finlande, en Italie, au Danemark, en France et aux Pays-Bas. D'où on est venu les chercher du simple fait d'une réputation portée par le bouche à oreille...

Hier en fin de journée, alors que la Brasserie de la Rulles inaugurait officiellement ses nouvelles capacités (en service depuis l'année dernières, mais il fallait laisser le temps des essais puis de la production des premiers brassins), Grégory Verhelst - passé de petit artisan ayant lancé son affaire presque sur un coup de tête, avec un investissement de 120.000 euros, en 1999 et qui est depuis à la tête d'une PME allant de succès en succès et occupant déjà trois personnes en tout - constatait que, pour le seul premier trimestre 2007, il est déjà à 90% d'augmentation des ventes par rapport à la même période 2006. "Et l'importateur italien qui me prend jusqu'à présent 500 hl par an est prêt à m'en commander 3.000", a expliqué le brasseur.

Croissance contrôlée

Le voilà donc, par conséquent, en phase critique de croissance. "Il est évident que je ne peux pas me permettre de refuser des commandes, d'autant que je ne fais aucune concession sur la qualité de mes bières. La hausse de la demande est très forte aussi en Belgique, via les dépositaires, mais c'est à l'export qu'elle explose. Dès lors, je suis bien obligé dès maintenant de penser à un nouvel investissement, alors que c'est seulement en mars que j'ai commencé à rembourser celui qui vient d'être mis en service. J'ai ici la place pour encore doubler la production mais, après, ce ne sera plus suffisant et il faudra envisager une autre place".

Une question d'autant plus délicate que la qualité de l'eau locale a été un élément essentiel dans le choix d'implantation de la brasserie. Si rien n'est officiellement déjà décidé, le simple fait de poser la question d'un investissement de plus est déjà une manière d'y répondre. Et le représentant de la banque partenaire ne semblait manifestement y voir aucun inconvénient. D'autant que le jeune entrepreneur a su faire preuve d'une capacité à contrôler sa croissance par une démarche très progressive qui lui permet aujourd'hui de proposer cinq bières (toutes en bouteilles de 75 cl) - sans parler de quelques brassins uniques et bières à façon - dont trois ont déjà été récompensées. La Rulles Meilleurs Voeux (cuvée de Noël), avec le titre "Best beer in the world 2005" octroyé par la Danish Beer Society; les Rulles triple et Brune par des "Coq de Cristal", lors de la Foire agricole 2006 à Libramont.