ENTREPRISES & STRATÉGIES
TECHNOLOGIES

Logistique

Bientôt des livraisons médicales par drones



le_drone.png

Les premiers tests de livraisons par drone Stork-X8 auront lieu cet été entre deux hôpitaux à Bordeaux. (Photo: Flash)

Membre du consortium Drones for Life, Flash Biologistic travaille en ce moment sur un modèle de drone-livreur destiné au milieu médical. Grâce à ce vecteur de transport automatisé, des médicaments ou des échantillons biologiques comme du sang pourront être acheminés beaucoup plus rapidement. Les premiers vols auront lieu cet été à Bordeaux.

Spécialisé dans les envois urgents et la livraison à température contrôlée, Flash Biologistic, entité du groupe Flash établi à Contern, entend dépasser les contraintes physiques de l’encombrement des routes en proposant des livraisons de produits de santé par drones. Membre effectif du consortium Drones for Life aux côtés de cinq organisations qui travaillent sur le projet, l’entreprise apporte son expertise de la logistique pour le secteur médical, ainsi que ses compétences en géolocalisation.

«Les produits de santé, qu’il s’agisse d’échantillons de sang, de plasma ou d’organes, sont des produits qu’il faut livrer dans l’urgence, en respectant un délai fixe et sous une température précise. Cela demande une gestion logistique très spécifique. Un retard de livraison ou un écart de quelques degrés peuvent rendre le produit complètement inutilisable pour une analyse ou une opération chirurgicale. Le temps passé sur la route est un vrai risque pour les échantillons», introduit Diego Cerutti, business unit healthcare co-manager chez Flash. Ainsi, chaque catégorie de produits médicaux nécessite une température précise. Le plasma frais congelé doit, par exemple, se conserver en dessous de -25° C.

Mini-ambulances

À l’image de mini-ambulances volantes, les drones, dotés d’un packaging isotherme, pourraient également assurer la livraison de trousses de premiers secours sur les sites d’accidents. «Nous avons voulu sortir du schéma classique pour gagner du temps, ajoute Diego Cerutti. L’intérêt est aussi non négligeable sur les plans économique et écologique. C’est un canal qui a vocation d’être plus rapide et moins cher que le transport en voiture.»    

En phase de test pour l’instant, le drone de modèle Stork-X8 de Sysveo, conçu pour une utilisation médicale et déjà présenté lors du salon ITS World Congress de Bordeaux d’octobre dernier, fera ses premiers vols de test entre deux hôpitaux universitaires de la ville. Pour l’instant, les prototypes disposent d’une autonomie de 20 minutes, ils vont jusqu’à une vitesse de 60 km/h et peuvent affronter 70 km de vent. Leurs capacités devraient être étendues dans les mois à venir.

Grâce à un traçage de chaque drone, le monitoring se fera en temps réel par le service Métrologie de Flash Biologistic. Non piloté manuellement, chacun d’entre eux sera entièrement automatisé grâce à une plateforme de gestion interne dédiée. Ils suivront un couloir aérien prédéfini en fonction des données de longitude et de latitude. «Chaque vol nécessitera une autorisation de couloir.» En cas de changement de température ou de dégradation des conditions météorologiques, des chauffeurs formés aux situations d’urgence et capables d’intervenir 24h/24 prendront le relais.     

Au Luxembourg, le logisticien assure déjà le transport frigorifique via la route cette fois des échantillons de Ketterthill. Le potentiel pourrait être de taille. «Le pays dispose de plusieurs avantages: ses distances sont réduites et il y a peu de hauts bâtiments. Il est aussi très embouteillé. Sortir des voitures de livraison de la ville serait plus qu’intéressant.»   

Une fois les accréditations obtenues auprès des différentes aviations civiles et les premiers tests concluants, la commercialisation de ces drones en Europe est prévue à l’horizon 2017.