POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Gouvernement

Bettel: le baptême du feu



bettel_chambre.jpg

Xavier Bettel a souvent écouté le discours du Premier ministre depuis son siège de député. Pas aujourd'hui... (Photo: archives paperJam)

Le programme du nouveau gouvernement sera présenté ce mardi à la Chambre des députés.

C’est le grand jour pour Xavier Bettel. Le nouveau Premier ministre libéral du Luxembourg, officiellement assermenté à la tête du gouvernement le 4 décembre dernier, prononcera son premier discours à la Chambre des députés, ce mardi, à partir de 14h30.

L’instant sera éminemment solennel et constituera davantage un exercice de style qu’une réelle révélation. Car contrairement à ce qui avait été le cas lors des déclarations antérieures de son prédécesseur, Jean-Claude Juncker, le contenu du programme a déjà été dévoilé dans le courant de la semaine dernière.

Le 29 novembre dernier, lors de l’ultime conférence de presse qui avait clôturé un mois de négociations avec le LSAP et Déi Gréng, celui qui n’était alors que formateur du gouvernement avait indiqué souhaiter réserver la primeur du programme aux députés. Mais devant la pression et l’impossibilité de conserver «secret», aussi longtemps, un tel document – d’autant plus qu’il devait alors être validé par les congrès nationaux des trois partis de la coalition – le texte avait finalement été rendu public dès le 3 décembre (et actualisé ce mardi).

Des lettres... et des chiffres?

Devant les députés, Xavier Bettel aura donc l’occasion de remettre en avant les notions d’ouverture, de responsabilité et de cohésion, martelés dans le préambule du programme de 200 pages. «Le gouvernement est porté par l’ambition d’incarner le renouveau politique auquel aspirent nos concitoyens», est-il indiqué en introduction de ce document. «Ensemble, nous aurons la détermination et la créativité nécessaires pour en faire un succès pour construire, ensemble, une société plus unie, plus solidaire, plus juste et plus ouverte, prête et préparée à embrasser les défis comme les opportunités à venir.»

Évidemment, il ne sera pas question d’une simple lecture commentée du document et l’on attend du nouveau Premier ministre quelques indications chiffrées sur la politique qui sera mise en œuvre ces prochaines années, notamment en termes d’économies dans les dépenses publiques. Des chiffres qui ne sont que très peu présents – voire totalement absents – de la version actuelle du programme.

Dans une interview à paraître ce jeudi dans paperJam – et qui sera déjà disponible mercredi en ligne sur notre site, le Premier ministre indique que chaque ministère aura sa propre responsabilité dans le grand ‘screening’ des dépenses publiques. «Il est évident qu’avant de demander à la population de participer à l’effort, nous allons déjà voir ce qu’il est possible de faire au niveau du gouvernement», explique-t-il. «Son train de vie peut être largement réduit, en améliorant certains automatismes. Je me rappelle qu’à la Ville, nous avons été en mesure d’économiser 10 % sur le budget de fonctionnement sans que cela ne fasse du mal à quelqu’un.»

Le contenu du discours de ce mardi – et du programme du gouvernement – feront l’objet d’un premier débat parlementaire ce mercredi à partir de 9h00.