POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Montage des sociétés

Beatriz Garcia a retrouvé la liberté



La prison de Soto del Real dans la grande banlieue de Madrid où l'avocate a été détenue. (Photo: Panoramio)

La prison de Soto del Real dans la grande banlieue de Madrid où l'avocate a été détenue. (Photo: Panoramio)

L’avocate fiscaliste du Barreau de Luxembourg, Beatriz Garcia, a été libérée dans la nuit de jeudi, après avoir passé près de trois mois en détention préventive dans une prison de la banlieue de Madrid dans le cadre d’une enquête sur des faits présumés de corruption, blanchiment et faux et usage de faux en Espagne.

«Beatriz Garcia se sent plus forte que jamais»: c’est par ces mots que son avocat luxembourgeois François Prum a confirmé à Paperjam.lu la libération dans la nuit de jeudi de l’avocate fiscaliste qui fut arrêtée brutalement
le 9 juillet dernier à son domicile luxembourgeois dans le cadre d’un mandat d’arrêt émis par un juge espagnol enquêtant sur une affaire de corruption, blanchiment, faux et usage de faux présumés.

Elle avait d’abord été placée à Schrassig avant d’être extradée en Espagne le 21 juillet suivant pour être ensuite interrogée par le juge Pablo Rafael Ruz Guitierrez.

L’avocate est restée trois mois en détention préventive, alors que son implication dans cette enquête espagnole semble avoir été indirecte, son nom se retrouvant dans la mise en place d’un montage (légal au Luxembourg, avec le visa de l’Administration des contributions directes) d’une société ayant été au cœur de la fraude présumée à laquelle elle se veut totalement étrangère.

À Luxembourg une enquête a été ouverte en 2009 pour abus de biens sociaux, qui est toujours en cours. L'avocate a toujours répondu présent aux convocations du juge et rien ne disait qu'elle n'en aurait pas fait de même vis-à-vis de la justice espagnole.

Opposition du Parquet de Madrid

À l’époque de son arrestation à son domicile sur mandat d'arrêt européen, son avocat luxembourgeois avait parlé d’acte démesuré de la justice espagnole.

La demande de libération conditionnelle, intervenue pendant les vacances judiciaires, a pris des mois avant d’être examinée.

Beatriz Garcia a pu sortir de prison ce jeudi 2 octobre à minuit contre une caution de 100.000 euros.

En dépit de la demande du Parquet de Madrid de lui interdire de quitter le sol espagnol alors qu’elle n’y est pas résidente, la Cour d’appel a autorisé l’avocate espagnole à retourner exercer sa profession dans son étude à Luxembourg. Il semble néanmoins que le Procureur espagnol ait engagé une procédure pour qu'elle ne puisse pas regagner le Grand-Duché.