POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Premier bilan pour la Ville

«Aucun des chantiers en cours n’est superflu!»



polfer.jpg

Selon Lydie Polfer, 1.304 autorisations de nouveaux logements dans la capitale ont été accordées en 2014. (Photo: Luc Deflorenne / archives)

De nouveau à la tête de la capitale depuis 2013, Lydie Polfer (DP) dresse un premier bilan de son action à Luxembourg-ville. La députée-bourgmestre fait donc le point sur sa politique, qu’elle soit dédiée au logement, aux infrastructures ou à la lutte contre la mendicité organisée.

Seule commune du Grand-Duché dans laquelle résident plus de 100.000 habitants, Luxembourg-ville doit faire face aux problèmes inhérents aux grandes villes. Problèmes de logement, difficultés liées à l’aménagement du territoire ou bien encore délinquance sont quelques-uns des aspects que doit gérer la bourgmestre de la capitale. Dans une interview accordée au Quotidien, Lydie Polfer (DP) dresse le bilan de son action depuis 2013, date de son retour à la tête de la municipalité.

Parmi les thématiques sur lesquelles la bourgmestre doit fréquemment se justifier, figure en bonne place la question des différents travaux en cours dans les rues de la capitale. Fidèle à sa position, Lydie Polfer concède qu’il y a beaucoup de chantiers «mais aucun d’entre eux n’est superflu!». Présentés comme «l’expression du développement économique de la ville», ces derniers doivent permettre «de mettre à disposition des citoyens de meilleures infrastructures pour l’avenir». Et la bourgmestre de prendre en exemple les travaux en cours au Royal-Hamilius et le tram qui feront d’ailleurs l’objet «d’une grande réunion d’information ouverte au public et réunissant tous les acteurs à la mi-septembre».

1.304 autorisations pour de nouveaux logements ont été délivrées en 2014.

Lydie Polfer, bourgmestre de Luxembourg-ville

Autre sujet qui fera l’objet d’une réunion – non publique celle-ci –, la question de la mendicité organisée. Au cœur des attentions depuis la publication de la lettre de Gaston Vogel, le thème sera évoqué entre la Ville, le ministère de la Justice et la police. Tout comme les députés, puisque «la commission juridique du Parlement va être saisie de la problématique», indique Lydie Polfer. Faisant la différence entre «le mendiant esseulé et passif qui est en situation de besoin social», «les mendiants organisés» et «les groupes de marginaux», la bourgmestre souhaite une réponse plus rapide de la justice qui permettrait «de ne plus subir» la situation mais «d’agir». La mise sur pied d’une police communale est également réitérée, afin de permettre au bourgmestre de retrouver «ses moyens d’agir».

En matière de logement, Lydie Polfer défend son bilan et sa politique «extrêmement active» dans le domaine, «tant au niveau des projets privés que des projets portés par la Ville». Lydie Polfer indique ainsi que «1.304 autorisations pour de nouveaux logements ont été délivrées en 2014». Un chiffre qualifié «d’important». Et l’ancienne présidente du DP de profiter de l’occasion pour défendre la politique de Maggy Nagel – «en poste depuis seulement un an et demi» – et égratigner le CSV en faisant référence aux mots de Jean-Claude Juncker indiquant que cette question avait été «son plus grand échec».

En matière sociétale, la Ville a enregistré depuis le 1er janvier «27 mariages de personnes de même sexe» – dont le plus médiatisé reste de loin celui de Xavier Bettel – ainsi que quatre pacs.

Pour ce qui est de la Schueberfouer, Lydie Polfer exclut tout départ du Glacis en raison des plaintes des riverains, estimant qu’en matière de nuisances, «nous nous sommes déjà saisis de la question par le passé» avec «le raccourcissement des nuits blanches, la mise en place de parkings payants au Limpertsberg ou encore la limitation des décibels». Quant à l’interdiction des selfies sur les manèges cette année, la décision relève, selon la bourgmestre, «d’une évidente question de sécurité et de bon sens».