POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Arrêtez d'encombrer ma boîte e-mail!

Arrêtez d'encombrer ma boîte e-mail!



Paperjam

Une rubrique de l'Observatoire des Nouveaux Médias (New Media Group)

Aujourd'hui la majorité des professionnels connectés à Internet reçoit en moyenne plus de cinquante e-mails par jour. Chacun s'organise, soit en lisant cette abondante correspondance régulièrement au cours de la journée, soit en y consacrant une plage horaire bien définie. 

D'autres encore se voient obligés de sous-traiter cette activité à leurs collaborateurs. On entend souvent des personnes affirmer que si le sujet du message n'est pas explicite, celui-ci ne sera même pas consulté. Mais il faut toutefois remarquer que, si l'on excepte les messages urgents et importants qui s'accumulent, certains pourraient être évités et réduire l'encombrement des boîtes aux lettres électroniques. Ces messages gênants et inutiles peuvent être regroupés en trois catégories que nous passerons en revue.

Dans la majorité des conférences ou workshops consacrés à Internet, le spamming est souvent à l'ordre du jour. Que peut-on faire contre tous ces messages indésirables qui parasitent notre boîte mail' Faut-il plutôt préconiser des listes d'opt-in ou des listes d'opt-out? Qui est habilité à prendre en charge la gestion de ces listes? Autant de questions qui reviennent régulièrement tant dans le grand public que chez les professionnels. La problématique du spamming a été prise en compte dans la loi luxembourgeoise sur le commerce électronique. Ce texte choisit, pour le moment, la solution de l'opt-out: l'envoi d'une communication commerciale non sollicitée par courrier électronique n'est possible que dans le cas où le destinataire ne s'y est pas opposé. Il y a cependant encore un problème d'application puisqu'il n'existe à l'heure actuelle aucune liste d'opposition au Luxembourg. De plus ce texte ne concerne que les communications commerciales.

Effectivement, le spamming est un sujet préoccupant, si l'on en croit notamment la Commission européenne selon laquelle la pollution publicitaire des boîtes aux lettres électroniques est en pleine explosion. Une pollution qui coûterait 10 milliards d'euros en frais téléphoniques aux internautes!

Concernant cette catégorie de messages, on ne peut que conseiller de ne pas divulguer son adresse e-mail professionnelle à tout va, et de se créer une boîte aux lettres électronique dont l'adresse pourra servir lorsque l'on visite certains sites qui vous demandent de laisser vos coordonnées afin vous permettre d'accéder à l'information souhaitée. Quant aux professionnels qui utilisent l'e-mail à des fins promotionnelles, même si les textes luxembourgeois sont en faveur de l'opt-out, il est préférable qu'ils privilégient la formule de l'opt-in ? le client s'inscrit sur une liste pour recevoir les informations qui l'intéressent ? non seulement ils pourront ainsi mieux cibler leurs prospects, mais ils préserveront aussi leur image. L'intrusion d'un message inadapté est souvent très mal perçue et c'est ce souvenir négatif que garderont de votre entreprise les personnes importunées.

Un deuxième problème, lié notamment au courrier électronique, concerne la propagation des virus. Les plus médiatiques, tels Melissa ou encore I Love You, ont été véhiculés par les e-mails échangés entre internautes. La majorité des virus propagés par e-mail, également appelés "vers" (worm), se servent des programmes de messagerie pour se répandre à grande vitesse, en s'auto-envoyant à tout ou partie des personnes présentes dans le carnet d'adresses. Il est donc tout à fait conseillé non seulement de disposer sur son ordinateur d'un bon antivirus, si possible à jour, mais aussi de se méfier des fichiers exécutables dont l'intitulé vous paraît douteux et que vous n'attendiez absolument pas. Il faut aussi préciser que souvent les intitulés de ces virus sont intrigants voire vous laissent supposer que vous allez vous amuser en ouvrant le fichier'Les sites d'actualités vous permettent généralement d'être averti rapidement de la mise en circulation des virus.

Une dernière catégorie de messages polluants est constituée par ce que l'on peut appeler des "canulars" ou encore "hoax", c'est-à-dire de fausses informations. Ils vous sont généralement envoyés par des personnes que vous connaissez bien et avec lesquelles vous entretenez des relations peu formelles. Il peut s'agir de messages alarmants, comme l'un des derniers en date qui prévenait du risque de s'asseoir, dans les cinémas parisiens, sur des aiguilles infectées par le virus du sida; ils peuvent aussi annoncer la propagation d'un nouveau virus informatique totalement imaginaire.

De nombreuses pétitions circulent également sur le réseau, concernant la situation des femmes afghanes, par exemple. Dans ce cas l'internaute est invité après la lecture d'un texte expliquant une situation intolérable, à apposer son nom au bas de l'e-mail, à la suite des nombreuses signatures déjà recueillies, et à transmettre à son tour le message au plus grand nombre possible de personnes de son entourage. Ces e-mails reflètent un malaise, une crainte présente dans la société, mais ne sont fondés sur aucun fait tangible, seulement sur des situations plausibles. Ils laissent l'internaute qui a l'intention de les ignorer parfois dans le doute. Les auteurs de ces e-mails "canular" peuvent encore profiter du calendrier, en laissant croire aux destinataires, à l'occasion des fêtes de fin d'année par exemple, que s'ils renvoient le message à dix personnes ils seront récompensés par une caisse de champagne?

Par ailleurs, ces messages sont souvent signés de personnes a priori crédibles, non que vous les connaissiez personnellement, mais que la fonction signalée sous la signature peut laisser à penser qu'elles sont habilitées à diffuser de telles informations: directeur marketing pour une opportunité de gain, ingénieur sécurité pour un virus informatique très dangereux'Ces courriers électroniques qui chaque semaine contribuent à l'engorgement de votre boîte aux lettres électronique prennent parfois aussi la forme de chaînes de courriers: l'auteur raconte une histoire moraliste et vous promet une vie meilleure si vous envoyez à votre tour l'e-mail à suffisamment de personnes ou même au contraire vous prédit une vie plus difficile si vous ne réalisez pas suffisamment d'envois.

Ce type de message obéit au principe de la rumeur qui utilise largement les médias. Et, Internet n'échappe pas à ce phénomène, il permet même de l'amplifier.

Allport présentait en 1965 la rumeur comme "une affirmation générale que l'on présente comme vraie, sans qu'il y ait de données concrètes permettant de vérifier son exactitude". Cette définition s'applique tout à fait aux exemples que nous venons de décrire. Une des composantes, mise en évidence à l'époque, diffère cependant. En effet, la rumeur était censée être une altération du message au fur et à mesure qu'il circulait. Avec Internet il n'en est rien puisque le texte est reproduit in extenso à chaque transmission. Au départ, la rumeur est donc volontairement créée de toute pièce. Son succès vient du fait que l'on a l'impression de faire partager à ses connaissances, un "scoop", un sujet important, que l'on a l'impression d'être l'un des rares privilégiés à connaître? jusqu'à ce que l'on reçoive une dizaine de fois le même e-mail émanant de correspondants différents?

Ne vous précipitez donc pas pour re-router de tels courriers vers l'ensemble de votre carnet d'adresses, vous éviterez ainsi d'encombrer inutilement le réseau. Et n'hésitez pas à faire savoir à ceux qui vous envoient régulièrement de tels "hoax" ce dont il retourne.