ENTREPRISES & STRATÉGIES

Nouveau siège

ArcelorMittal confirme son déménagement au Kirchberg



arcelormittal.jpg

ArcelorMittal, numéro un mondial de l’industrie sidérurgique et minière, maintient sa présence au Luxembourg. (Photo: Maison moderne / archives)

Le groupe sidérurgique a confirmé ce matin la finalisation des discussions avec le gouvernement sur la construction d’un nouveau bâtiment au Kirchberg, siège du groupe, qui confirme son attachement au Luxembourg.

«ArcelorMittal, numéro un mondial de l’industrie sidérurgique et minière, confirme aujourd’hui son engagement de maintenir sa présence au Luxembourg par la construction de son nouveau siège social», fait savoir mercredi matin le leader mondial de la branche par voie de communiqué de presse.

En cours depuis plusieurs semaines, des discussions avaient notamment pour objet la construction d’un nouveau bâtiment accueillant le siège social du groupe, actuellement basé au 24-26 boulevard d’Avranches, et dont les équipes administratives sont réparties sur plusieurs sites.

Ce nouveau bâtiment se situera donc bien au Kirchberg, sur une parcelle jouxtant le centre de conférence, sans en savoir davantage – à ce stade - sur le budget débloqué ni la philosophie générale du bâtiment.

«Je suis ravi de confirmer qu’ArcelorMittal restera basé à Luxembourg, et enchanté par notre projet de construction d’un nouveau siège social qui deviendra un bâtiment en acier de référence», a précisé Lakshmi N. Mittal, président du conseil d’administration et CEO d’ArcelorMittal.

Une équipe dédiée à ce nouveau chantier va être mise en place pour le mener à bien.

Michel Wurth, président du conseil d’administration d'ArcelorMittal Luxembourg s’est quant à lui félicité des liens avec le gouvernement.

Un package négocié

Et le CEO d’ArcelorMittal de se réjouir «que le gouvernement luxembourgeois ait décidé de participer pleinement à notre augmentation de capital. Pour le gouvernement, qui a sollicité la SNCI pour l'opération, l'effort représente une enveloppe de 66,6 millions de dollars.»

Outre la construction du nouveau bâtiment, le maintien du siège au Luxembourg, c’est un package que le gouvernement a souhaité négocier avec ArcelorMittal, y compris la cession de terrains devenus inutiles pour l’entreprise et que l’État souhaite reconvertir en logements.

Même si le maintien du siège au Luxembourg et le volet foncier sont des éléments séparés dans la discussion, selon l’interview donnée par le Premier ministre au Wort mardi, on apprend mercredi qu’ArcelorMittal cèdera bien «à l’État des lots de terrains disponibles pour le développement de logements et d’espaces pour des activités industrielles et commerciales.

Les localisations ne sont pas encore annoncées officiellement, les ultimes éléments étant encore discutés.

Peut-être en saura-t-on davantage en marge de l’assemblée générale du groupe prévue le 4 mai prochain au sortir de laquelle le nom du représentant du gouvernement luxembourgeois doit être dévoilé.

L’ancien ministre de l’Économie, Jeannot Krecké, est en position favorable pour un nouveau mandat, mais Xavier Bettel, toujours auprès du Wort, a indiqué de manière évasive mardi que plus qu’un nom, c’était le poste qui était important pour le gouvernement.