PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Microfinance

Ada fête ses 20 ans



everystockphoto_com_gambia.jpg

20 ans après sa création, Ada est en relation avec 150 instituts de microfinance à travers le monde. (Photo: Licence CC)

Le pôle d’expertise en finance inclusive Ada célèbre son 20e anniversaire ces 15 et 16 octobre. Une occasion saisie par l’ONG luxembourgeoise pour réaffirmer son attachement à la notion d’autonomie mais également pour dévoiler deux nouveaux outils de réflexion et de partage des connaissances.

«Il y a 20 ans quelques amis, parmi lesquels Mia Adams, aujourd’hui présidente honoraire d’Ada, faisaient un rêve, celui de mettre la finance au service des plus pauvres. Aujourd’hui, c’est une réalité. Ada est en relation avec 150 instituts de microfinance (IMF) à travers le  monde, soit cinq millions de bénéficiaires», a souligné Bram Schim van der Loeff, membre du conseil d’administration d’Ada, en introduction du symposium académique organisé ce 15 octobre, à Neimënster.

Une journée anniversaire résolument studieuse qui avait pour thème l’autonomie dans la microfinance. Une valeur qui est au cœur de l’action d’Ada depuis sa création. «L’autonomie ne tombe pas du ciel, c’est le résultat d’un processus qui s’inscrit dans la durée. Pour accompagner un IMF vers l’autonomie, il faut qu’il y ait une volonté d’un groupe ou d’un peuple de s’en sortir, des moyens financiers sur le long terme, des outils, notamment d’analyse, pour bien appréhender les besoins d’aujourd’hui et de demain. Enfin, il faut se spécialiser pour bien faire son travail» a précisé Mia Adams. Réfléchir et agir plutôt que de discourir, aussi. «J’ai de l’admiration pour Ada, car c’est une organisation qui fait, sans trop parler, contrairement à d’autres organismes» a notamment souligné Rolf Tarrach, le recteur de l’Université du Luxembourg, lors de son intervention.

Un magazine et une chaire

Tout au long de la journée, les ateliers animés par de nombreux experts de la microfinance se sont ainsi succédé. Mais à 20 ans, un anniversaire est forcément festif et invite à se projeter vers demain. Aujourd’hui, Ada organise également une soirée avec, au programme, le vernissage d’une exposition photographique intitulée «Prises d’autonomie» et un débat entre deux orateurs de renom, Marc Bichler, diplomate et ancien secrétaire exécutif du Fonds d'équipement des Nations unies (UNCDF) et Alpha Ouedraogo, ancien directeur général de la Confédération des institutions financières d’Afrique de l’Ouest, toujours autour de la question de l’autonomie.

Ada a également profité de son anniversaire pour dévoiler sa nouvelle revue. Intitulée «Passerelles», cette publication biannuelle a pour ambition de faire le lien entre le monde de la recherche, de l’analyse et le terrain. En matière de recherche, le 6 octobre dernier, l’organisation avait officialisé un partenariat avec l’Université du Luxembourg qui prévoit la création de la chaire en droit de la finance inclusive au sein de la Faculté de droit, d’économie et de finance.

Ce nouveau cursus a comme but de régulariser le cadre légal du secteur de  la microfinance par la recherche d’un côté et l’enseignement de l’autre. Un désir de partager les connaissances et d’enrichir la réflexion qui n’est pas anodin.

Si depuis 20 ans, la finance inclusive s’est considérablement développée et fait désormais partie des outils essentiels de lutte contre la pauvreté. «Les besoins sont, cependant,  toujours criants: 2,5 milliards d’adultes restent encore en dehors du système financier» précise Ada.