POLITIQUE & INSTITUTIONS

Développement durable

À la conquête de l’énergie verte



francine_closener_camille_gira_marcel_thommes_ronald_vrancken_franck_muller_carlo_hein.jpeg

Dans les prochaines années, le Luxembourg espère augmenter la part des énergies responsables de manière considérable. (Photo: Oekostrum)

Près de deux ans après le début des travaux et avant la mise en service de la première éolienne, les secrétaires d’État aux ministères de l’Économie et du Développement durable et des Infrastructures ont visité le chantier de Weiler. L’occasion de faire le point sur une énergie renouvelable en plein développement.

Quelques jours avant l’inauguration de la première éolienne de l’OekoStroum Weiler, Francine Closener et Camille Gira se sont rendus sur le chantier, au nord-est du pays. Ils en ont profité pour évoquer les ambitions du pays en matière d’énergies renouvelables.

Car au Grand-Duché, les énergies vertes sont des alternatives encore peu répandues. «Actuellement notre pays importe 96% de son énergie», souligne ainsi le secrétaire d’État au ministère du Développement durable et des Infrastructures. Les énergies renouvelables, elles, ne représentent pas plus de «4 à 5% des énergies consommées». Une tendance que le gouvernement souhaite inverser.

Le Luxembourg entend donc bien combler son retard. Dans les années à venir, le pays ambitionne ainsi d’«augmenter de plus de 100% la part des énergies responsables», souligne Francine Closener.

L’énergie éolienne apparaît alors comme une alternative intéressante. La «meilleure» à en croire Frank Muller, fondateur et administrateur d’OekoStroum Weiler. Un potentiel que le gouvernement n’hésite pas, lui aussi, à mettre en avant. Car cette énergie dispose de nombreux avantages tels que la durée de vie – de 20 à 25 ans – des éoliennes entièrement démontables et recyclables et l’absence de polluant sur les sites.

Le futur parc éolien de Weiler est donc une avancée dans le domaine. S’étendant sur 12 ha, l’OekoStroum disposera d’un total de sept éoliennes qui permettront de produire 21,5% de l’énergie éolienne du pays d’ici 2020, soit la consommation énergétique de 13.000 ménages. Ce parc réduira les émissions de CO2 de 55 millions de kilos, estime l’agence internationale de l’énergie. Le parc ouvrira ses portes en 2017.