POLITIQUE & INSTITUTIONS

Bâtiment au Kirchberg

526,3 millions d’euros pour le Jean Monnet 2



capture_decran_2016-10-27_a_15.03.36.png

Le Jean Monnet 2 doit être livré en deux temps: 2021pour le bâtiment principal, 2022 pour la tour de 23 étages. (Photo: MDDI)

Adopté en conseil de gouvernement en juillet dernier, le projet destiné à réunir l’ensemble des fonctionnaires de la Commission européenne a été présenté jeudi en commission parlementaire. 3.000 fonctionnaires devraient y prendre place d’ici 2021/2022.

Signé entre la Commission européenne et le Luxembourg en septembre 2009, le projet Jean Monnet 2 destiné à réunir sur un seul et même site l’ensemble des fonctionnaires de la Commission au Kirchberg doit officiellement sortir de terre d’ici 2021. Adopté en conseil de gouvernement en juillet dernier et déposé à la Chambre début septembre, le projet de loi a été présenté aux membres de la commission du développement durable ce jeudi.

Rendu indispensable en raison de l’éparpillement des personnels entre bâtiments provisoires au Kirchberg et locaux loués à la Cloche d’Or suite à la publication d’un rapport soulignant le danger sanitaire lié à la présence d’amiante dans l’immeuble érigé en 1975, le projet sera d’ampleur. Tant au niveau de sa superficie – 111.000m² hors sol et 78.000m² de sous-sol - que de son enveloppe budgétaire. Alors que le conseil de gouvernement avait évoqué un préfinancement de l’ordre de 340 millions d’euros – soit l’équivalent du coût de la construction – le projet de loi fait état, lui, d’un coût final de 526,3 millions d’euros. Aménagements compris.

1 / 4

2 / 4

3 / 4

4 / 4

Basé sur «le principe de la neutralité budgétaire pour l’État», ce projet sera remboursé par la Commission et se déroulera en deux phases. La première, qui verra le jour d’ici 2021, doit aboutir à la mise à disposition d’un premier bâtiment de quelque 138.000m², «composé d’un rez-de-chaussée surmonté de six étages complets et d’un niveau technique en toiture». Ce dernier comprendra 23.800m² de bureaux, utilisés pour implanter 2.000 postes de travail. La seconde phase s’achèvera en 2022 avec la livraison d’une tour de 51.000m² de surface et de «22 étages hors sol et un étage technique en toiture». Les deux bâtiments, localisés dans un périmètre délimité par le boulevard Konrad Adenauer, la rue Érasme et la rue Antoine de Saint-Exupéry, seront reliés par une passerelle située au 1er étage.

Cette nouvelle tour devrait donc être la huitième que comptera la partie sud du Kirchberg d’ici l’horizon 2020, après la Héichhaus, les trois tours de la Cour de justice de l’Union européenne, les tours A et B de la porte de l’Europe et celle du projet de l’îlot mixte Porte de l’Europe. Parmi les équipements prévus figurent notamment «une cafétéria de 150 places, un restaurant ‘self-service’ pour 2.400 couverts/jour avec une salle d’une capacité de 1.300 places et un restaurant ‘à la carte’ pour 80 couverts», un «centre de conférence d’une capacité de 1.250 places» ou une «structure d’accueil pour enfants». À noter que le bâtiment livré en 2021 disposera de quatre cours intérieures, toutes équipées d’une toiture vitrée.