POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Détournement de 7,5 millions d’euros

5 ans de prison pour le gestionnaire de fortune indélicat



tribunal_mm.jpg

D’après le dispositif du jugement prononcé jeudi, le tribunal correctionnel partage le point de vue du procureur en condamnant Fabien Gaglio à 5 ans de prison, dont 2,5 ferme. (Photo : Maison Moderne)

Les juges ont suivi les réquisitions du procureur en condamnant Fabien Gaglio à une peine de cinq ans d’emprisonnement, dont la moitié avec sursis, et 150.000 euros d’amende. Il devra aussi indemniser ses victimes.

Les explications du prévenu, son repentir et sa reconversion réussie loin de la gestion de fortune n’auront pas suffi à alléger sa peine. La 18e chambre correctionnelle du tribunal d’arrondissement de Luxembourg a retenu la peine d’emprisonnement de cinq ans, dont la moitié avec sursis, comme l’avait suggéré le procureur. Mais l’amende correctionnelle s’élève à 150.000 euros contre 200.000 euros requis.

Fabien Gaglio, un Français d’une quarantaine d’années, est ainsi reconnu coupable d’avoir détourné près de 7,5 millions d’euros auprès de certains clients de H CTG, la filiale de la société suisse Hottinger&Partners qu’il a créée à Luxembourg avec son associé Jean-François de Clermont-Tonnerre.

Plus de 500.000 euros d’indemnisation

Le gestionnaire de fortune a délesté certains clients afin de masquer les pertes sur investissements subis par d’autres, allant jusqu’à produire des faux comme une demande de prêt de 400.000 euros signée au nom de Laïth Al Sarraf. Le prévenu a nié à la barre tout enrichissement personnel, même si certains éléments de l’instruction tendent à démontrer le contraire.

Le tribunal a prévu une indemnisation partielle des victimes des détournements de fonds de l’ancien gestionnaire de fortune. Lyford International Bank & Trust, une banque panaméenne créée sur les cendres de Hottinger Bank & Trust, se voit octroyer 5.001 euros.

Andrew et Diana Benedek, le couple de Californiens auxquels Fabien Gaglio a envoyé des relevés de compte mensongers pour cacher les millions d’euros de pertes, recevront 5.001 euros du prévenu. Si leur portefeuille a perdu la moitié de sa valeur en quelques années – de 26 à 13 millions d’euros –, la part de pertes objectives sur le marché et de malversations de la part du prévenu était difficile à cerner.

L’instruction suisse toujours en cours

Le tribunal a jugé non fondées les demandes de constitution de partie civile de leurs sociétés Neo International Investments Ltd et Distributed Energy – leur statut de bénéficiaire économique n’étant pas clair lors de la dernière audience.

Laïth Al Sarraf sera remboursé de 404.966,24 euros et recevra en outre une indemnité de procédure de 4.000 euros.

Quant à Jean-François de Clermont-Tonnerre, ancien associé de Fabien Gaglio et celui qui l’a démasqué en 2013, il obtient l’euro symbolique demandé pour préjudice moral et une indemnité de procédure de 4.000 euros.

Le jugement intégral de l’affaire sera connu dans quelques jours. Fabien Gaglio est également poursuivi dans le volet suisse de cette affaire. Toujours en cours d’instruction, il concerne cette fois plus de 82 millions d’euros.

Fabien Gaglio et son conseil n'ont pas souhaité commenter la sentence ni s'exprimer sur un éventuel appel pour l'instant.