POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Production d’énergie

31% d’électricité verte en plus en 2017



20180613_photo_matic_zorman_2988.jpg

Grâce à cette augmentation de la production d’énergie verte, le mix énergétique du Luxembourg atteint les 9,25% de la consommation nationale. (Photo: Matic Zorman / archives)

Un rapport de l’Institut luxembourgeois de régulation (ILR) publié mardi révèle que la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité s’est élevée l’année dernière à 605GWh, soit une hausse d’un tiers par rapport à l’année précédente.

C’est un bond que le Grand-Duché a réalisé en 2017 en termes de production d’énergie verte. Alors qu’Eurostat a publié en début d’année un communiqué indiquant que le Luxembourg était l’État membre qui enregistrait la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique la plus faible de l’UE, le pays réussit à inverser la tendance.

Et à moins de deux ans de l’échéance que lui a fixée Bruxelles pour atteindre l’objectif de 11% de sources renouvelables dans sa consommation totale d’énergie, le Grand-Duché semble plus que jamais près du but. Grâce à cette augmentation de la production d’énergie verte, ce mix énergétique atteint désormais les 9,25% de la consommation nationale.

Rappelons que le gouvernement a annoncé l’année dernière qu’il avait passé deux accords avec la Lituanie et l’Estonie pour importer de ces deux pays, qui ont déjà dépassé les objectifs de la Commission, 2% d’énergie renouvelable.

Des tarifs en baisse

Si l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique entraîne bien souvent une hausse des prix, ceux-ci ont connu une tendance inverse en 2017. Le rapport présenté mardi indique en effet une baisse des tarifs de l’électricité facturés aux ménages.

Cette baisse s’est élevée à huit euros pour une consommation moyenne annuelle de 4.000kWh. En parallèle, les prix du gaz sont restés stables.

Quant au taux de changement de fournisseur, celui-ci continue à rester faible en 2017, malgré une légère hausse dans le secteur de l’électricité, où l’ILR dénombre 776 changements contre 191 changements dans le secteur du gaz naturel.