POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Union européenne

2005-2015: 28% d'embauches en moins pour la présidence de l'UE



Un peu plus de 200 postes ont été et sont encore proposés dans le cadre de la présidence luxembourgeoise de l'UE. (Photo: DR)

Un peu plus de 200 postes ont été et sont encore proposés dans le cadre de la présidence luxembourgeoise de l'UE. (Photo: DR)

Un peu plus de 200 postes d’employé de l’État ont été créés dans le cadre de la future présidence luxembourgeoise de l’Union européenne l’an prochain. Une bonne centaine a déjà été pourvue, alors qu’une nouvelle vague d'embauches vient d’être lancée.

Dans le cadre de la présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne, au deuxième semestre de 2015, l’État a lancé, l’an dernier déjà, une vague de recrutements, principalement pour des postes à pourvoir en durée déterminée auprès de différents ministères, dont surtout celui des Affaires étrangères.

«Au total, ce sont 202 postes qui ont été ou vont encore être proposés», a indiqué ce mardi à Paperjam.lu le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative, qui centralise ces recrutements. «Toutes les personnes qui ont été embauchées – ou vont l’être – le sont sous le statut d’employé de l’État, dans les carrières moyennes et supérieures.»

Jusqu’à présent, 102 contrats ont d’ores et déjà été conclus et une nouvelle série d’embauches vient d’être lancée, pour des postes à pourvoir à compter du 1er janvier prochain, jusqu’au 29 février 2016.

Moins qu’en 2005

Il s’agit de 45 postes, pour la grande majorité auprès du ministère des Affaires étrangères, dont certains auprès de représentations ou ambassades du Luxembourg à l’étranger, comme à Strasbourg, Genève, Rome, La Haye ou encore New York.

Ces contrats sont principalement réservés à des personnes détenant la nationalité luxembourgeoise, mais l’État peut aussi faire appel à des citoyens européens en cas de défaut pour un poste donné, pour autant que le candidat maîtrise les trois langues véhiculaires du pays.

À noter enfin que le montant de l’enveloppe réservée à ces 202 postes n’est pas connu mais, précise encore le ministère de la Fonction publique, ce sont 28% de postes en moins par rapport aux 282 créés à l’occasion de la présidence luxembourgeoise de l’Union européenne en 2005, «par souci d’économies budgétaires».