POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

Suite des Panama Papers

20 millions d’amende pour LB Lux



La filiale luxembourgeoise de Bayern LB avait été démantelée en 2013 sur ordre de Bruxelles. Banque de Luxembourg avait repris sa branche banque privée/gestion de patrimoine. (photo: Jessica Theis / archives)

La filiale luxembourgeoise de Bayern LB avait été démantelée en 2013 sur ordre de Bruxelles. Banque de Luxembourg avait repris sa branche banque privée/gestion de patrimoine. (photo: Jessica Theis / archives)

L’ancienne filiale luxembourgeoise de la banque allemande Bayern LB a aidé de riches clients à dissimuler une partie de leur fortune dans des sociétés-boîtes aux lettres au Panama.

Un an après l’éclatement du scandale des Panama Papers, les révélations continuent d’ébranler la finance mondiale. Le Süddeutsche Zeitung révèle ainsi dans son édition de lundi que LB Lux s’est fait rattraper par la vague panaméenne. Car parmi les 11,5 millions de documents de Mossack Fonseca épluchés et dévoilés par l’ICIJ, le nom de LB Lux revient à 129 reprises comme intermédiaire ou gestionnaire de sociétés-boîtes aux lettres.

La plupart des sociétés ont été ouvertes entre 2005 et 2007. Cette activité a baissé en 2008 et 2009 et la dernière date de mars 2010. Le Parquet de Cologne a ainsi démontré que LB Lux a permis à de riches contribuables de minorer leur patrimoine soumis à imposition en Allemagne et donc d’échapper au fisc. Et ce alors que le land de Bavière a injecté 10 milliards d’euros – issus des impôts – dans sa banque régionale afin de la sauver de la faillite.

Les banques régionales allemandes dans le viseur

Bayern LB avait en effet perdu des milliards en raison de spéculations qui avaient mal tourné et d’une expansion mal maîtrisée de Hypo Alpe Adria, une filiale achetée très cher, en Autriche et dans les Balkans.

«Bayer LB est propre», souligne le ministère des Finances bavarois, interrogé par le SZ. La banque régionale n’a certes pas été condamnée à payer une amende, mais l’enquête a démontré un contrôle pour le moins insuffisant de ses filiales à l’étranger sur lesquelles se sont concentrées les investigations.

Qui va payer l’amende? Car LB Lux a été démantelée en 2013 sur injonction de la Commission européenne, qui exigeait des banques régionales allemandes qu’elles recentrent leur modèle économique en échange des aides publiques reçues au pire de la crise financière mondiale. Banque de Luxembourg avait ainsi repris les activités de gestion de patrimoine et de banque privée de LB Lux fin 2013. Les autres activités ont été placées en liquidation judiciaire, laquelle est effective depuis le 1er avril 2015.

La facture devrait être imputée à Bayern LB, actionnaire à 100% de la partie de LB Lux placée en liquidation judiciaire. Une somme qui sera prélevée sur le montant de la vente de terrains et bâtiments de la filiale au Luxembourg.