POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Parlement européen

2 millions saisis au Rassemblement national (FN)



marinelepen_saisie.jpg

Marine Le Pen considère cette décision comme une atteinte à la démocratie. (Photo: Licence CC)

Le parti de Marine Le Pen se voit pénalisé de deux millions d’euros dans le cadre des assistants parlementaires présumés fictifs au Parlement européen.

La présidente du Rassemblement national – le nouveau nom du Front national – en France aura beau crier à l’atteinte à la démocratie, la justice semble avoir tranché dans l’affaire des assistants parlementaires présumés fictifs. 

Selon plusieurs médias français, les juges d’instruction ont demandé la saisie de 2 millions d’euros au siège du parti, en anticipation d’une aide publique (de 4,5 millions d’euros) qui doit être versée ce lundi 9 juillet, comme aux autres formations politiques en France.

Dans une ordonnance du 28 juin relayée par nos confrères, les juges d’instruction ont «ordonné la saisie pénale d’une somme destinée au Front national au titre de l’aide publique apportée aux partis pour un montant de deux millions d’euros.»

L’enquête des juges d’instruction porte sur un possible système mis en place et qui aurait permis de rémunérer des permanents du parti avec des fonds européens normalement dévolus à des assistants parlementaires. Le préjudice total estimé par le Parlement européen s’élève à 7 millions d’euros, pour la période 2009-2017.