ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Audiovisuel

Netflix augmente ses tarifs en France. Et au Luxembourg?



Netflix compte désormais 209 millions d’abonnés à travers le monde. (Photo: Shutterstock)

Netflix compte désormais 209 millions d’abonnés à travers le monde. (Photo: Shutterstock)

Depuis ce jeudi 19 août, le prix des abonnements à Netflix a grimpé en France de 1 à 2 euros selon les formules. Au Luxembourg et en Belgique, ce n’est pas encore le cas. Alors qu’en Allemagne, les tarifs avaient déjà augmenté voici quelques mois…

Netflix a donc décidé d’augmenter le prix de ses abonnements en France depuis ce jeudi. Pour accéder au catalogue de la plateforme américaine, il en coûte désormais entre un et deux euros supplémentaires.

C’est ainsi que l’offre de base, baptisée Essentiel (un seul écran à la fois et pas de haute définition), augmente pour la première fois depuis que Netflix est arrivé sur le marché hexagonal en 2014, passant de 7,99 euros à 8,99 euros.

La formule Standard (deux écrans simultanés et la haute définition), elle, passe de 11,99 euros à 13,49 euros, soit une hausse de 1,50 euro. Enfin, l’offre la plus chère, celle appelée Premium (en 4K sur 4 écrans), est désormais fixée à 17,99 euros par mois, contre 15,99 euros précédemment.

Une augmentation effective pour tout nouvel abonné et qui sera applicable aux anciens lors du prochain cycle de facturation.

+50% sur l’offre Premium

Si l’on compare avec les tarifs proposés par Netflix lors de son arrivée, voici sept ans, on constate une augmentation de 3,50 euros sur l’offre Standard et de six euros sur la formule Premium. Soit, respectivement, 35% et 50% de gain supplémentaire pour le géant américain… 

Des chiffres qui ont tendance à confirmer le changement de mentalité observée chez Netflix ces dernières années. L’époque où, sur les réseaux sociaux et dans ses publicités, la plateforme encourageait ses utilisateurs à partager leurs codes autour d’eux paraît aujourd’hui très loin.

Cette augmentation n’est pas vraiment une surprise quand on connaît les investissements consentis en termes de contenus (productions propres et acquisitions), un chiffre de 17 milliards de dollars ayant été avancé pour cette année 2021.

Et puis, il faut bien aussi compenser une campagne d’abonnements qui n’a logiquement pas conservé la cadence vue lors des différents confinements (5,5 millions de nouveaux abonnés au premier semestre 2021, contre 37 millions sur toute l’année 2020). Et ça, même si, au 30 juin, Netflix, forte de ses 209 millions d’abonnés, avait engrangé un chiffre d’affaires de 7,3 milliards de dollars. Pour un bénéfice net qui s’élevait, lui, à 1,35 milliard de dollars.

On ne sait pas si le fait que la France souhaite faire participer assez fortement Netflix (ainsi que les autres plateformes) au financement du cinéma européen et surtout français y est pour quelque chose, mais toujours est-il que cette hausse ne semble, pour le moment, toucher que l’Hexagone.

Si l’Allemagne avait déjà vu les tarifs partir à la hausse en début d’année (la formule Standard grimpant d’un euro, la Premium de deux), on s’attend à voir prochainement une hausse comparable à celle de la France entrer en application en Belgique et au Luxembourg. L’augmentation en question ayant été confirmée pour l’Europe continentale…

Amazon Prime, le moins cher

À titre de comparaison, sachez qu’à l’heure actuelle, s’abonner à Disney+ coûte un tarif mensuel de 8,99€/mois ou 89,99€ à l’année.

Pour ce qui est d’Amazon Prime (qui donne accès à la plateforme Amazon Prime Video), il vous en coûtera 49,99 euros par an pour avoir accès à son catalogue. Ou 5,99 euros si vous préférez une formule mensuelle. De loin, donc, l’offre la moins chère du marché.