POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

consommation

«Ne pas ouvrir une filiale d’un supermarché à la maison»



Les stocks de papier toilette. Une image significative d’une crise qui défie parfois les lois de la raison. (Photo: Paperjam)

Les stocks de papier toilette. Une image significative d’une crise qui défie parfois les lois de la raison. (Photo: Paperjam)

Le week-end est souvent synonyme de réapprovisionnement dans les supermarchés. Un appel à la retenue et à la solidarité est lancé par le Premier ministre en cette période durant laquelle le stockage déraisonnable n’est pas le bienvenu.

«Il ne faut pas ouvrir une filiale de supermarché à la maison!»  Xavier Bettel  (DP) est sorti de ses gonds  mercredi soir en fin de conférence de presse . Le Premier ministre insistait: «Il ne faut pas stocker des choses à la maison.»

Un conseil prodigué alors que  la plupart des stocks des magasins  sont approvisionnés à la normale grâce au travail du secteur,  qui s’expose aussi aux risques du coronavirus . Ces travailleurs qui ne comptent pas leurs heures se retrouvent parfois démunis après leur service lorsqu’ils doivent, à leur tour, faire leurs courses, ajoutait Xavier Bettel.

Responsabilité, solidarité et respect sont les maîtres-mots du Premier ministre durant ses communications à la presse au cœur de cette crise.

«Chacun est une partie de la solution, mais chacun peut aussi représenter un problème», indiquait-il en substance ce vendredi lors d’un point presse donné à quelques heures d’un week-end que chacun est invité à passer à la maison autant que possible.

Vendredi dernier, des scènes de ruées vers les rayons s’étaient produites en dépit des conditions sanitaires. Une semaine plus tard, les enseignes ont dû aussi s’organiser en réponse aux comportements difficilement gérables et pour garantir – autant que possible – les distances de sécurité dans les rayons.

Responsables de rayons, réassortisseurs, chauffeurs, caissières… au moment de se rendre au supermarché ce week-end, une pensée pour les «petites mains de l’ombre» qui facilitent le quotidien en cette période de crise devrait ramener à la raison.