ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Tesla

Musk veut relancer son assurance



Un an après un premier échec, Elon Musk veut relancer Tesla Insurance, qui ferait payer les conducteurs en fonction de leur style de conduite. Une idée déjà sur le marché. (Photo: Shutterstock)

Un an après un premier échec, Elon Musk veut relancer Tesla Insurance, qui ferait payer les conducteurs en fonction de leur style de conduite. Une idée déjà sur le marché. (Photo: Shutterstock)

Un an après son premier essai, Elon Musk veut relancer son assurance pour les conducteurs de Tesla, basée sur leur conduite. L’idée n’est pas neuve et elle pose un certain nombre de questions.

L’aventure s’était arrêtée avec un tweet. «Nous allons mettre à jour notre algorithme.» En août 2019, Tesla met fin à sa première tentative d’une assurance réservée aux propriétaires – californiens – d’un bolide d’Elon Musk.

L’algorithme devait offrir des tarifs 20 à 30% moins élevés que chez un assureur classique , ce qui, malheureusement, ne fonctionna pas.

Un an plus tard, le chef d’entreprise remet le couvert et annonce une nouvelle version de son assurance, appuyée sur les données de conduite des propriétaires de Tesla.

L’idée n’est pas nouvelle. Allianz, par exemple, commercialise dans certains pays européens une assurance automobile moins chère à condition que le conducteur accepte un petit boîtier qui transmet sept données de conduite à l’assureur.

«Là où nous voulons arriver avec Tesla Insurance, c’est de pouvoir utiliser les données capturées dans la voiture, le profil de conduite de la personne dans la voiture, pour pouvoir évaluer les corrélations et les probabilités d’accident puis être en mesure d’évaluer une prime sur une base mensuelle pour ce client», a expliqué le fondateur de Tesla, à l’occasion de la présentation des résultats trimestriels de la marque .

Cette fois-ci, Elon Musk veut lancer le service dans une poignée d’États américains.

En Europe, pour «inviter» les automobilistes à leur céder leurs données de conduite, une poignée d’assureurs ont diminué leurs tarifs de moitié, par exemple. Avec quelques écueils, comme l’identité du conducteur, pas toujours établie avec certitude, ou l’épineuse question de l’assurance de ceux qui franchissent trop souvent la ligne rouge.

D’autres assureurs attendent avec impatience de voir l’évolution des assurances automobiles: les mutuelles de santé. Là encore, avec quelques données comportementales, certains sont prêts à baisser les tarifs des mutuelles de santé, une manière d’avoir une influence sur les comportements individuels… ce qui coûte tant à la solidarité nationale.

Il est par exemple admis que les taxes gagnées sur les carburants ou sur le tabac coûtent 10 fois plus cher en dépenses de santé.