POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

historique

Le MR est devenu le n°1 en province de Luxembourg



Le ministre-président wallon Willy Borsus et le MR ont réalisé l’impensable: devancer le cdH en province de Luxembourg. (Photo: Gouvernement wallon)

Le ministre-président wallon Willy Borsus et le MR ont réalisé l’impensable: devancer le cdH en province de Luxembourg. (Photo: Gouvernement wallon)

C’est un petit séisme qui a secoué la province de Luxembourg lors des élections régionales et fédérales de ce dimanche. Le cdH n’est en effet plus le premier parti d’une province qui était son bastion historique!

Les temps changent. C’est ce qu’on a certainement dû se dire dimanche soir à l’état-major du cdH (Centre démocrate humaniste). C’est même plus qu’un changement, c’est un véritable séisme puisque l’ancien PSC (Parti social-chrétien) n’est tout simplement plus le premier parti dans ce qui était son bastion historique. Le choc est donc rude, le réveil brutal.

Ecolo et le PTB en nette progression

À la Région, le cdH perd 8,74% de ses électeurs par rapport à 2014 et se situe à 22,51%. Le MR (parti libéral) baisse aussi, de 2,96%, mais affiche un score de 25,27%, ce qui en fait le premier parti de la province à ce niveau de pouvoir. Le PS (Parti socialiste) est aussi en perte de vitesse, de 3,65% et passe sous les 20%, à 19,58%. Comme c’est le cas à l’échelle wallonne, c’est Ecolo qui tire les marrons du feu et progresse de 6,73% pour atteindre 14,74% et décrocher un poste de député, qui sera occupé par Jean-Philippe Florent . Le PTB, parti d’extrême gauche, progresse aussi de manière spectaculaire de 7,32%, pour atteindre un total de 9,05% des suffrages.

Les poids lourds ont tous sauvé leur siège. Willy Borsus (MR, 17.750 voix de préférence), René Collin (cdH, 16.908 voix de préférence) et Philippe Courard (PS, 15.535 voix de préférence) sont élus. Tout comme Anne Laffut (MR, 11.974 voix de préférence) et l’Arlonaise Anne-Catherine Goffinet (cdH, 8.299 voix de préférence).

Mais, autre signe que le mal est profond au cdH, le ministre sortant René Collin a obtenu moins de voix de préférence que le ministre-président sortant Willy Borsus dans le canton de Marche-en-Famenne, son fief. Ce qui avait déjà été le cas lors des élections communales, en octobre dernier. 

Josy Arens évite un naufrage

La claque a été plus sèche encore au niveau des élections fédérales. Le cdH a accusé une chute de 9,96% pour se situer à 23,45%. Tandis que le MR ne baisse que de 0,80%, se fixant à 23,56%, et est aussi le premier parti provincial dans le cadre de ce scrutin pour la Chambre des représentants. On n’ose imaginer le naufrage qui aurait eu lieu si Josy Arens n’avait accepté de venir jouer au pompier de service sur cette liste: le bourgmestre d’Attert a en effet récolté 17.308 voix de préférence et est le champion des voix de préférence.

Quatre élus du sud de la province

Mais le résultat est que le cdH perd un de ses deux élus à Bruxelles. Tout profit pour Ecolo (16%, soit 8,1% de plus qu’en 2014) et pour Cécile Thibaut, qui devient députée fédérale. Benoît Piedboeuf (MR) est élu avec 14.052 voix et Mélissa Hanus (PS) avec 12.183. À 26 ans, elle sera l’une des plus jeunes du futur Parlement.

On notera que les quatre élus fédéraux sont tous issus du sud de la province de Luxembourg. Josy Arens est d’Attert, Mélissa Hanus et Cécile Thibaut d’Étalle, Benoît Piedboeuf de Tintigny. Ils devraient donc peser de tout leur poids, notamment au niveau des problèmes de mobilité, compétence en grande partie fédérale.