ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Mobilité

Motion-S lève 1 million d’euros auprès de Grupo <a>



Pour le CEO de Motion-S, German Castignani, la nouvelle levée d’un million d’euros via une augmentation de capital permet d’accélérer dans le domaine de l’entretien des véhicules, une autre piste que celle de l’assurance personnalisée. (Photo: Motion-S)

Pour le CEO de Motion-S, German Castignani, la nouvelle levée d’un million d’euros via une augmentation de capital permet d’accélérer dans le domaine de l’entretien des véhicules, une autre piste que celle de l’assurance personnalisée. (Photo: Motion-S)

Trois ans après avoir levé 1 million d’euros auprès de la Febiac, la première spin-off du SnT de l’Université du Luxembourg, Motion-S, annonce une levée similaire avec le géant colombien Grupo < a >. 2021 doit être l’année de l’accélération, prévient son CEO, German Castignani.

À ceux qui doutent, chaque année, de l’intérêt pour le «petit» Luxembourg d’aller s’exposer dans les couloirs du «grand» Consumer Electronics Show de Las Vegas, la spin-off de l’Université du Luxembourg Motion-S apporte un évident témoignage. «C’est là que la discussion s’est engagée avec les Colombiens de Grupo <a>», se souvient son CEO, German Castignani. «Autour d’un projet sur la maintenance prédictive, grâce à l’analyse des flottes, la modélisation, et donc des prédictions d’usure de pièces essentielles.»

Vieux groupe familial fondé il y a près de 90 ans par des immigrants libanais, les frères Chaid et Hares Neme, Grupo <a> emploie aujourd’hui 5.000 personnes dans quatre verticales: l’automobile, l’immobilier, les opérations minières et la construction. Ses 11 marques de services de pièces de rechange et de flotte d’entreprises en Colombie, en Équateur, au Mexique, au Pérou, au Venezuela et aux États-Unis en font un acteur intéressant pour amorcer un nouveau virage pour Motion-S.

La start-up née en 2014 pour fournir de l’analyse de données au secteur de l’assurance automobile qui permette de créer de nouveaux produits élargit ses activités vers la mobilité, souligne son CEO, même pas un an après avoir repris «le volant».

La maintenance prédictive… accélère

Lundi, via une augmentation de capital, les Colombiens sont officiellement devenus les nouveaux investisseurs, trois ans après la Febiac, ses 150 membres actifs et ses 250 marques automobiles. Dans une enveloppe semblable, de 1 million d’euros.

La plateforme d’analyse de la mobilité ajoute ainsi une nouvelle couche à son business. Aux données brutes de localisation et de voitures provenant de smartphones, de simples trackers GPS, de bases de données ou de plateformes, car data en informations exploitables offrant une compréhension approfondie des comportements de conduite et des modes de mobilité individuels, l’analyse prédictive en termes de risque, d’état d’usure automobile et d’éco-efficacité permet aux gestionnaires de flottes, aux assureurs, aux équipementiers, aux opérateurs de mobilité intelligente, aux autorités publiques et aux prestataires de transport d’optimiser leur offre et d’améliorer leur proposition de valeur, dit le communiqué.

«J’espère que nous serons profitables, mais d’ici huit mois, je veux être parvenu à bien monétiser notre solution. Si notre chiffre d’affaires a dépassé 1,15 million d’euros l’an dernier, il le doit encore beaucoup au soutien public à nos projets de recherche et à la présence d’un PhD. Je veux que nous fassions aussi bien avec le produit de nos efforts», conclut German Castignani.