BRAND VOICE — PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

La Mondiale Europartner

La Mondiale Europartner devient le 2e assureur vie du Luxembourg



Loïc Le Foll, CEO de La Mondiale Europartner. (Photo: La Mondiale Europartner)

Loïc Le Foll, CEO de La Mondiale Europartner. (Photo: La Mondiale Europartner)

 La Mondiale Europartner (LMEP), leader de l’assurance patrimoniale sur les marchés français et italien, se hisse, en 2020, à la 2e place sur le podium des compagnies d’assurances vie luxembourgeoises avec une collecte brute de 2,075Mds. Cette performance commerciale, l’augmentation des encours de 5% (17Mds à fin 2020) et un processus majeur de transformation digitale ont été salués par les professionnels du secteur. Retour sur ce résultat et la recette de ce succès avec Loïc Le Foll, CEO de La Mondiale Europartner.

L’année 2020 fut complexe: comment l’avez-vous vécue?

Dès le mois de février 2020, nous avions compris que nous allions rapidement faire face à un phénomène inédit avec des impacts humains et opérationnels forts. Cette compréhension précoce, expliquée notamment par les signaux envoyés par notre succursale italienne, et la mise en place antérieure des outils de télétravail nous ont permis de ne connaître aucune rupture dans nos chaînes de production et de services. 

Diriez-vous que votre capacité à réagir et à gérer cette crise dans de bonnes conditions a aidé? 

Oui, clairement. La priorité absolue était la protection de tous les collaborateurs. La seconde priorité était la continuité dans la chaîne de production, de services et dans les relations avec nos partenaires. La troisième était de continuer à implémenter notre ambitieux programme de transformation dans un environnement de taux bas très pénalisant pour les assureurs. Ces trois priorités, avec encore une fois l’humain au centre de nos préoccupations, nous ont donné le cap tout au long de l’année 2020.

Comment vos équipes ont-elles vécu tout ceci dans leur travail? 

Les équipes nous ont parfois remonté des périodes d’inquiétude et aussi de lassitude, mais nous avons reçu de manière constante des retours positifs quant à notre volonté absolue de protection et de bienveillance. Je dois dire que je suis extrêmement reconnaissant de l’engagement exceptionnel des équipes depuis le début de la crise, engagement qui nous a permis d’envoyer un message de solidité et de maturité au marché.

Cette maturité, cette raison ont-elles de même été relevées et appréciées par vos partenaires? 

Je pense que oui. Notre business model est basé essentiellement sur le partenariat, et nous travaillons toujours en étroite collaboration avec nos partenaires pour leur apporter les solutions les plus adaptées aux besoins de leurs clients. La crise nous a rapprochés encore plus et nous avons constamment été à leur écoute pour innover et adapter nos processus à leurs besoins. Un exemple: nous avons une plateforme patrimoniale composée d’ingénieurs patrimoniaux et d’ingénieurs financiers qui est à la disposition de nos partenaires. Ces experts ont, en 2020, donné plus de 200 heures de formation par le biais de webinaires à quelque 4 000 partenaires.

À ce niveau, quel a été l’impact de la crise sur votre programme de digitalisation? 

La crise a, sans aucun doute, accéléré notre programme de digitalisation. C’est une question de survie pour tout acteur de l’industrie financière. Cette période a été un exercice grandeur nature pour éprouver les outils et solutions en place. Nous avons même réussi à prendre de l’avance sur notre feuille de route digitale, ce qui nous permet d’aborder 2021 avec des ambitions.

Aujourd’hui, à la fin du premier trimestre 2021, où en êtes-vous?

L’année 2019 a été, pour LMEP, une année de consolidation. L’exercice 2020 était placé sous le signe de la transformation, 2021 s’annonce comme une année de croissance avec de nouveaux développements!

Pour plus d’informations, cliquez ici .