ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

LuxembOUrg Recovery

Mon idée: «Nous créons un incubateur de relance»



Antoine Rech, administrative director, Sacred Heart University – Jack Welch College of Business & Technology. (Photo: Mike Zenari/archives)

Antoine Rech, administrative director, Sacred Heart University – Jack Welch College of Business & Technology. (Photo: Mike Zenari/archives)

Dans le cadre de notre opération «Luxembourg Recovery: 50 idées pour reconstruire», partagez une idée concrète, une expérience ou une mesure à mettre en œuvre pour faciliter le rebond de l’économie luxembourgeoise. Antoine Rech, de la Sacred Heart University Luxembourg, annonce la création d’un incubateur de relance.

Le pitch: La Sacred Heart University Luxembourg et le Color Business Center créent un «incubateur de relance» pour les entrepreneurs désireux de se réinventer après la crise.

L’idée: La Sacred Heart University Luxembourg et le Color Business Center souhaitent s’engager sous le signe de la solidarité et du pragmatisme entrepreneurial.

Rebondir après une crise, c’est avant tout savoir se réinventer, créer un microcosme fertile, s’entourer de compétences et saisir des opportunités tout en étant efficace et réaliste. Malheureusement, nous savons déjà qu’un grand nombre de personnes ont perdu/vont perdre leurs revenus, leurs missions, leur entreprise, leur emploi.

Afin d’aider ces personnes à se relancer, nous créons un «incubateur de relance», à disposition de ceux désireux de se réinventer: porteurs de projet, candidat à l’entrepreneuriat sans projet, ancien salarié souhaitant devenir indépendant, professionnel failli souhaitant se relancer dans de meilleures conditions, etc. Bref toute personne motivée ayant été touchée par la crise et souhaitant se réinsérer dans le système économique.

Nous sommes en train d’étudier la mise en place d’un système de sélection des candidats, l’idée est encore perfectible mais très pragmatique:

- 200m2 d’espace de coworking à Bertrange mis gratuitement à disposition des candidats pendant 3 mois, dès la fin du confinement, du lundi au vendredi, de 10h à 15h.

- une procédure d’accueil des candidats en conformité avec les exigences sanitaires du gouvernement et un système de prévention de la contamination strict en place (encore à définir).

- un espace professionnel meublé et adapté, autogéré, favorisant la créativité et l’entraide: internet haut débit, toutes commodités, espaces d’échange communs, politique d’échange et de partage d’idées.

- un accompagnement gratuit de la part des professeurs de la Sacred Heart University, tous les jours de 12h30 à 13h30: 30 minutes de conseil ciblé et adapté aux problématiques soulevées, et 30 minutes de questions/réponses sur des sujets vitaux pour l’entrepreneuriat, par exemple: business plan, financement, constitution, marketing, comment se relancer, quel produit/service, comment être de nouveau rentable, gérer mes risques, le droit pour les nuls, qu’est-ce qu’un bon entrepreneur, mon pricing, lancer une petite production, comment s’associer, présenter mon projet au mieux, trouver des clients, etc.

- un hub que d’autres entreprises existantes pourront contacter pour proposer des projets, des missions, une collaboration, des idées, un soutien éventuel, etc.

Loin de tout caractère élitiste, cet «incubateur de relance» face aux conséquences du Covid-19 est basé sur la solidarité et la simple idée qu’en chacun de nous sommeille un entrepreneur qui s’ignore et qui doit être accompagné, surtout en ces moments difficiles. Il a pour objectif d’aider les laissés pour compte de la crise à se réinsérer par l’entrepreneuriat.

L’auteur: Antoine Rech , administrative director, Sacred Heart University –Jack Welch College of Business & Technology

Toutes les idées sont bonnes à prendre, nous ne souhaitons restreindre ni votre réflexion ni votre imagination. Si, comme Antoine Rech, vous souhaitez contribuer à cette initiative, vous pouvez nous envoyer votre idée sous ce format:

- un mot-clé, par exemple: fiscalité;

- un titre explicite, par exemple: baisser la TVA dans la restauration;

- un résumé en 300 signes maximum;

- un développement en 3.000 signes maximum;

- une photo de vous qui permettra d’illustrer l’article sur paperjam.lu.

À l’adresse: [email protected] .