ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Luxembourg Recovery

Mon idée: «Faciliter le suivi avec l’administration»



Guillaume Chatelain, CEO, Serpico Collaborative Metrics. (Photo: Guillaume Chatelain)

Guillaume Chatelain, CEO, Serpico Collaborative Metrics. (Photo: Guillaume Chatelain)

Dans le cadre de notre opération «Luxembourg Recovery: 50 idées pour reconstruire», partagez une idée concrète, une expérience ou une mesure à mettre en œuvre pour faciliter le rebond de l’économie luxembourgeoise. Aujourd’hui, Guillaume Chatelain propose une plate-forme pour faciliter les relations avec l’administration.

Le pitch: Suite à la crise sanitaire, le gouvernement a pris un train de mesures inédites, train qui s’est étoffé avec l’apparition de nouvelles aides financières. Les ministères croulent sous les demandes. Les bouées de sauvetage lancées par les entrepreneurs – souvent sources d’anxiété: «Traite-t-on mon dossier? Où en est-il? Arriverai-je à obtenir les aides?» –, nous aimerions éviter qu’elles dérivent et souhaitons les relier les unes aux autres. À travers une solution bilatérale qui améliore le suivi.

L’idée: On pourrait croire que ce n’est que notre petit problème d’entrepreneurs ou de citoyens… mais une discussion avec un contact au ministère de l’Économie m’a fait apparaître le même constat. Ils travaillent et sont débordés, ils font au mieux, mais, à l’image de la crise sanitaire, n’étaient pas calibrés pour répondre à un tel afflux en si peu de temps.

Les acteurs économiques attendent beaucoup – trop? – d’un État redevenu «roi», et cette crise bouleverse les cycles et chaînes de décision étatiques, réduits à leur plus simple expression, afin de répondre urgemment aux sollicitations des acteurs. Nous avons travaillé à rendre notre solution d’évaluation collaborative ouverte, afin d’aider les institutions, mais surtout les acteurs, à pouvoir dire ce qu’ils ont demandé et ce qu’ils en espèrent. Un besoin de cartographie bienvenu dans ce moment où le monde économique sort de son hibernation et où chacun va jouer des coudes.

De manière plus générale, l’outil se veut un meilleur suivi de démarches entre requérants et décideurs… Et vous l’aurez compris, cela peut s’élargir pour plein d’autres possibilités – pour ne citer qu’une autre source d’inquiétude en ce moment: les demandes de prêts immobiliers…

Il ne manque plus que l’essentiel, l’assentiment et l’utilisation de ce type de plate-forme, et ça, c’est peut-être autant, si ce n’est plus, de boulot à venir! Même si l’on peut être rassuré quand on voit l’essor d’initiatives telles que la page Facebook Rescue Independents & Startups… On n’oserait plus parler de «viralité», mais plutôt d’une vraie dynamique qui aide tous les acteurs dans cette crise.

L’auteur: Guillaume Chatelain, CEO, Serpico Collaborative Metrics

Toutes les idées sont bonnes à prendre, nous ne souhaitons restreindre ni votre réflexion ni votre imagination. Si, comme Guillaume Chatelain, vous souhaitez contribuer à cette initiative, vous pouvez nous envoyer votre idée sous ce format:

- un mot-clé, par exemple: fiscalité;

- un titre explicite, par exemple: baisser la TVA dans la restauration;

- un résumé en 300 signes maximum;

- un développement en 3.000 signes maximum;

- une photo de vous qui permettra d’illustrer l’article sur paperjam.lu.

À l’adresse: luxembourgrecovery@paperjam.lu .