ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Le jour où…

Mon appartement est devenu intelligent



Chez Michel Maggi, tout est géré par la domotique... de l’éclairage au chauffage, en passant par l’audio ou l’ouverture des portes et des stores. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Chez Michel Maggi, tout est géré par la domotique... de l’éclairage au chauffage, en passant par l’audio ou l’ouverture des portes et des stores. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

CTO de Labgroup, Michel Maggi est depuis toujours passionné de technologie. En 2019, il a choisi d’intégrer à son appartement un système domotique poussé. Il nous raconte les obstacles rencontrés, ainsi que les bénéfices d’un logement intelligent bien pensé.

Comme Obélix avec la potion magique, je suis tombé tout jeune dans la marmite de l’informatique. Dès les années 80, je me suis intéressé de près aux nouvelles technologies, et, naturellement, la domotique m’a toujours attiré. Il y a environ huit ans, j’avais déjà installé un certain nombre d’équipements domotiques dans mon appartement. Mais cela restait limité, c’était un peu bricolé.

En 2019, alors que j’avais entamé d’importants travaux de rénovation, je me suis décidé à installer quelque chose de plus sophistiqué, de plus complet. J’ai eu beaucoup de mal à trouver un prestataire qui offrait le bon conseil, avant de tomber sur Philippe Piot, de la société Home Sweet Dom. Nous avons échangé longuement, et pas mal de mes certitudes concernant la domotique ont alors été remises en cause. Alors que je partais plus sur du sans-fil, on m’a par exemple conseillé, étant donné qu’il s’agissait d’une rénovation lourde, d’en profiter pour mettre en place une installation filaire qui serait la véritable colonne vertébrale du système.

Sur cette base, sont venus se greffer des équipements sans fil, qui offrent une grande flexibilité: on peut ajouter des éléments en fonction des nouveaux besoins qui se présentent. Aujourd’hui, l’éclairage, le chauffage, le verrouillage des portes, la fermeture des stores, la vidéosurveillance, les appareils électroménagers, les détecteurs de fumée, ou encore l’audio, sont gérés par le système domotique.

Une de mes principales motivations pour me lancer était de supprimer un maximum d’interrupteurs. Grâce à la domotique, un seul interrupteur multifonction est placé dans chaque pièce. L’éclairage est géré automatiquement, selon l’intensité de la lumière naturelle et nos mouvements dans la maison. Des systèmes de commande vocale permettent de contrôler l’audio, la vidéo, la fermeture des stores et la lumière… Tout se contrôle aussi à distance, depuis une seule application, sur tablette ou smartphone. Si mon fils rentre plus tôt et que la porte est fermée, je peux donc lui ouvrir depuis le bureau. Grâce à la vidéo, je peux aussi ouvrir au facteur qui voudrait déposer un colis ou vérifier, suite à une alerte du détecteur de fumée, si un incendie s’est déclaré. Et toute cette domotique fonctionne également en cas de coupure d’internet.

Je suis très satisfait de ce système, qui sait se faire oublier. Si bien que, lorsque je suis en vacances, je me demande ­parfois pourquoi la porte de la maison que j’ai louée ne s’ouvre pas ou pourquoi la lumière ne s’allume pas à mon arrivée… Ceci étant dit, il est très important de pouvoir compter sur l’expertise et surtout le suivi d’un vrai professionnel de la domotique. Sans une bonne installation de base, bien pensée, des limites peuvent rapidement être atteintes.

Par ailleurs, un certain nombre de choses se constatent à l’usage, et des adaptations doivent inévitablement être apportées au système au cours des premiers mois d’utilisation: des détecteurs trop efficaces qui lancent la ventilation de la salle de bains lorsque l’on passe devant la porte, un spot trop éblouissant dont on doit atténuer l’intensité, un store intérieur qui ne doit s’ouvrir que si la fenêtre est totalement fermée, et non en position oscillo-­battante… L’avantage, c’est que ce fine tuning peut facilement être effectué par le prestataire à distance. Au final, mon appartement intelligent est totalement conforme à ce que je souhaitais obtenir: un logement qui me «saoule» le moins possible, et qui m’offre un plus grand confort quotidien.

Cet article a été rédigé pour  l’édition magazine de Paperjam du mois d’août/septembre  parue le 15 juillet 2021.

Le contenu du magazine est produit en exclusivité pour le magazine, il est publié sur le site pour contribuer aux archives complètes de Paperjam.

Cliquez sur ce lien pour vous abonner au magazine.

Votre entreprise est membre du Paperjam Club? Vous pouvez demander un abonnement à votre nom. Dites-le-nous via   [email protected]