POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

continuité assurée

Comment le ministère de la Santé s’organise sans Paulette Lenert



Chaque ministre est entouré d’un cabinet dans lequel un comité de direction œuvre pour la continuité du traitement des dossiers en cas d’absence, comme c’est le cas actuellement pour Paulette Lenert (LSAP). (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Chaque ministre est entouré d’un cabinet dans lequel un comité de direction œuvre pour la continuité du traitement des dossiers en cas d’absence, comme c’est le cas actuellement pour Paulette Lenert (LSAP). (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Que ça soit pour des raisons de santé ou privées, il arrive qu’un membre de l’exécutif ne puisse pas exercer l’ensemble de ses fonctions. Répartition des compétences et délégation de signatures peuvent alors venir en renfort.

L’absence prolongée de Paulette Lenert (LSAP) de ses fonctions ministérielles depuis son malaise du 23 mars pose légitimement cette question: qui remplace la ministre de la Santé, d’autant plus en cette période où le Covid-19 continue à se répandre au Luxembourg?

«En l’absence de Madame la Ministre, les compétences sont réparties entre le premier conseiller de gouvernement-coordinateur général et le directeur de la Santé», indique le ministère de la Santé, sollicité par Paperjam.

En effet, lors de la conférence de presse du 24 mars annonçant la réouverture des terrasses sous certaines conditions, le Dr Jean-Claude Schmit remplaçait Paulette Lenert aux côtés du Premier ministre Xavier Bettel (DP).

Outre la ministre de la Santé, le comité de direction de son ministère totalise 10 membres, principalement avec des fonctions de conseillers.

Le traitement des dossiers continue donc à suivre son cours à la Villa Louvigny, où une délégation de signature a été établie au nom de Romain Schneider (LSAP), ministre de l’Agriculture, mais aussi de la Sécurité sociale, via un arrêté grand-ducal. Délégation qui durera au moins jusqu’au 18 avril, ce qui laisse entendre que la convalescence de Paulette Lenert sétendra jusque là a minima.

«En ce qui concerne les affaires courantes, le premier conseiller de gouvernement exerce sa délégation de signature en matière administrative et financière», ajoute le ministère. Un arrêté grand-ducal régule le procédé de délégation de signature par le gouvernement.

Toujours joignable

En repos «pendant quelques jours», aux dires d’un communiqué de presse publié le 25 mars dernier, la ministre de la Santé reste néanmoins joignable, si besoin en est. «La fonction de ministre est un mandat 24h/24, mais les ministres sont aussi des êtres humains, qui ont besoin de moments de repos pour recharger les batteries», ajoute le cabinet de Paulette Lenert.

Nous rappelions, à ce titre, le 10 mars dernier, que la ministre avait, depuis le début de la crise sanitaire, tenu 51 conférences de presse et assisté à 69 réunions de commissions à la Chambre des députés. Sans oublier des dizaines d’interviews accordées à la presse…

Cette absence étant temporaire, la question d’un remaniement ne se pose pas. Le cas de Paulette Lenert n’est donc en rien comparable à celui de Felix Braz (déi Gréng), victime d’un malaise cardiaque durant ses vacances à la côte belge en août 2019. Après plusieurs semaines d’absence de ses fonctions, le comité exécutif de son parti s’était réuni et avait décidé de répartir ses portefeuilles ministériels entre d’autres écologistes. Tout ceci s’était ensuite formalisé le 11 octobre suivant, avec un remaniement ministériel, suite auquel Henri Kox (déi Gréng) était alors devenu nouveau ministre du Logement, ministre délégué à la Défense et ministre délégué à la Sécurité intérieure.