LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

Série TV

Un million de téléspectateurs pour «Capitani»



Luc Schiltz interprète Luc Capitani dans la série à succès «Capitani». (Photo: Samsa Film)

Luc Schiltz interprète Luc Capitani dans la série à succès «Capitani». (Photo: Samsa Film)

La série «Capitani» a battu les records d’audience pour sa diffusion à la télévision, regroupant pour l’ensemble des 12 épisodes plus d’un million de téléspectateurs.

Créée par Thierry Faber, réalisée par Christophe Wagner et produite par Claude Waringo (Samsa Film) avec l’aide du Film Fund Luxembourg, la série luxembourgeoise «Capitani» est composée de 12 épisodes. Ils ont été diffusés de manière hebdomadaire sur RTL et ses chaînes annexes RTL5’ et RTL Today, ainsi que sur les différents canaux de replay. Ces diffusions ont réalisé de très belles audiences puisqu’elles ont regroupé une moyenne de 158.000 spectateurs par épisode et ont su attirer au total «un chiffre largement supérieur au million de téléspectateurs», précise le communiqué de presse.

Un large public

Une étude mandatée par RTL et menée par TNS Ilres a permis de savoir que les amateurs de cette série représentent un large spectre, car l’âge, la nationalité et la localisation des téléspectateurs sont relativement étendus, l’audience incluant des jeunes et des moins jeunes, des résidents et des frontaliers. Il y a fort à parier que le sous-titrage en français et anglais des dialogues en luxembourgeois, ainsi que la disponibilité sur les canaux de replay ont largement contribué à ce succès et à cette ouverture du public. C’est ainsi que 22% des résidents étrangers ont regardé la série. Ces bons scores incitent la production et l’équipe créative à envisager une deuxième saison.

Pour ceux qui ne l’auraient pas vu, «Capitani» raconte l’histoire de Luc Capitani (joué par Luc Schiltz), policier originaire du sud du Luxembourg qui doit enquêter sur une affaire de meurtre dans le nord du pays et qui a du mal à se faire à la mentalité locale, où tout n’est que faux-semblant et où chaque habitant en sait plus qu’il ne veut bien en dire.