PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Aides post-covid

Microlux abaisse ses taux pour les microentrepreneurs



Samuel Paulus, Anh Quyen Ngo Li et Jérémy del Rosario: l’équipe de Microlux veut éviter les catastrophes chez les microentrepreneurs fragilisés par la crise sanitaire. (Photo: Microlux)

Samuel Paulus, Anh Quyen Ngo Li et Jérémy del Rosario: l’équipe de Microlux veut éviter les catastrophes chez les microentrepreneurs fragilisés par la crise sanitaire. (Photo: Microlux)

La jeune société de microcrédit Microlux connaît un succès croissant. Pour soutenir les microentrepreneurs touchés par la crise du Covid-19, elle annonce une baisse de ses taux d’intérêt à 4%.

Pour pallier les effets de la crise sanitaire sur les petits entrepreneurs qu’elle finance, Microlux a pris la décision de baisser le taux d’intérêt qu’elle propose à 4% pour tout type de microcrédit. Elle permet aussi un paiement différé jusqu’à six mois.

L’entreprise sociale spécialisée dans le microcrédit au Luxembourg explique que les microentrepreneurs qui n’ont pas accès au crédit bancaire classique sont les premiers à être touchés par les conséquences économiques de la crise du Covid-19.

C’est parce que certains reprennent leur activité dans une situation préoccupante que Microlux a pris la décision de baisser le taux d’intérêt pour tous ses prêts de maximum 25.000 euros à partir du 15 juin et pour une durée d’un an.

La jeune société, créée en 2016, prend donc des mesures pour préserver ses microentrepreneurs alors que de plus en plus de petits acteurs viennent frapper à sa porte. Actuellement, elle a soutenu financièrement la création de 70 entreprises et a permis la création de 110 emplois.

Dans son rapport d’activité 2019 , qui vient de sortir, Microlux note qu’elle a augmenté les contacts de 33% l’an dernier avec des candidats entrepreneurs et qu’elle a accordé 36 microcrédits pour un montant de 461.000 euros. Elle a également dépassé le million d’euros de crédits accordés au cours de l’année 2019.

Créée pour aider les entrepreneurs qui ne peuvent pas bénéficier d’un prêt bancaire classique, l’entreprise sociale observe dans son rapport que les microentreprises soutenues ont un taux de survie identique à celles qui bénéficient de crédits bancaires.