POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

à luxembourg-ville

Le marché de Noël s’adapte au Covid



Le marché aura bien lieu, mais le port du masque sera obligatoire, et les boissons et autres spécialités culinaires devront être dégustées assis, à des terrasses. (Photo: Shutterstock)

Le marché aura bien lieu, mais le port du masque sera obligatoire, et les boissons et autres spécialités culinaires devront être dégustées assis, à des terrasses. (Photo: Shutterstock)

Des chalets, une patinoire, mais pas de concerts ni d’animations au kiosque de la place d’Armes: la bourgmestre de Luxembourg-ville, Lydie Polfer, a présenté mercredi les modalités d’organisation de l’événement en cette année 2020.

La Ville de Luxembourg brillera bien de mille feux lors des Winterlights cet hiver. Mais, crise sanitaire oblige, l’événement prévu du 20 novembre 2020 au 3 janvier 2021 va quelque peu être adapté.

Pour déguster un vin chaud, il faudra s’asseoir à des terrasses spécialement aménagées. Idem pour les gromperekichelcher et autres spécialités prisées lors du marché de Noël.

«Bien évidemment, le port du masque sera obligatoire lors des déplacements», a souligné mercredi la bourgmestre  Lydie Polfer  (DP).

Le marché s’étend sur la place Hamilius

Cette année, l’événement aura besoin de davantage d’espace, raison pour laquelle il s’étendra sur la place Hamilius, juste devant l’ancien Hôtel des postes. Les chalets s’installeront aussi sur la place d’Armes, sur la place du Théâtre, à la gare, à l’angle de la rue du Commerce et de la rue de Strasbourg. Mais par contre, rien sur la place de Paris compte tenu des travaux d’aménagement en cours.

Sur la place de la Constitution, la grande roue et d’autres métiers forains devraient reprendre leurs quartiers comme lors des éditions précédentes. «Comme on a eu une bonne expérience avec les manèges pendant les mois d’été, évidemment, on va renouveler cette expérience», a expliqué la bourgmestre.

Et puis, la patinoire prendra ses quartiers au Knuedler mais elle sera agrandie afin d’assurer le respect des normes de distanciation sociale.

On essaiera de trouver une place pour tous les forains.
Patrick Goldschmidt

Patrick Goldschmidt,  échevin des Fêtes et marchés,  Ville de Luxembourg

Au niveau du nombre de stands, la Ville de Luxembourg n’a pour l’heure pas d’estimation. «On a rencontré les forains, la semaine dernière, pour leur expliquer la nouvelle donne, et il y en aura certainement qui ne voudront pas venir parce que le service à table ne va pas générer la masse habituelle», a admis Patrick Goldschmidt (DP), échevin des Fêtes et marchés. «On essaiera de trouver une place pour tous les forains», a-t-il assuré.

Bien entendu, la configuration présentée ce mercredi a été définie en fonction de la situation sanitaire actuelle. «Nous espérons tous que ça ne va pas s’aggraver», a insisté la bourgmestre. Celle-ci précisera les modalités pratiques une semaine avant le lancement des festivités, prévu le 20 novembre prochain.